Turquie : Le Grand retour vers l’Orient

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, le Parti pour la Justice et le Développement, la politique étrangère turque semble avoir pris un virage à 180 degrés. Après avoir été un soutien indéfectible des États-Unis, un partenaire stratégique important pour Israël, et un voisin aimant de l’Union Européenne, la Turquie est devenue aujourd’hui un véritable chef d’orchestre en ce qui concerne les problématiques moyen-orientales et met un point d’honneur à normaliser l’ensemble de ses relations dans la région.

Ahmet Davutoglu, ministre des Affaires Etrangères turc

Longtemps critiquée par la quasi-totalité du monde arabe pour son soutien inconditionnel à l’Occident, la Turquie tente aujourd’hui un rapprochement avec ses voisins arabes. Et cette stratégie nouvelle commence à porter ses fruits au sein de l’opinion arabe.

Le grand changement s’est opéré avec la perte de pouvoir politique progressive de l’armée depuis 2002 et l’arrivée au pouvoir des « islamo-conservateurs » de l’AKP. La Turquie s’est alors rendue compte que sa situation géographique pouvait jouer en sa faveur. A cheval entre l’Europe, le Moyen-Orient, l’Asie centrale, et le Caucase, elle est un pont géostratégique crucial où la doctrine du « zéro problèmes avec nos voisins » peut s’avérer très fructueuse.

Des relations nouvelles avec ses voisins arabes…

La Syrie ,ennemie d’Ankara depuis le rattachement de la province d’Hatay à la Turquie en 1939, est ainsi devenue une alliée très proche. Objectif : sortir Damas de son isolement, donc de la liste de « l’Axe du Mal ». En octobre 1998 déjà, suite au traité d’Adana, la Syrie reconnaissait le PKK, parti des travailleurs kurdes, comme organisation terroriste. Aujourd’hui, la normalisation des relations est consommée. Pour preuve, la reconnaissance par Bachar Al Assad, le président syrien, du rôle de médiateur joué par la Turquie durant les pourparlers israélo-syriens en 2008 – qui portaient notamment sur la question du Golan -, ainsi que la création du Conseil de Coopération Stratégique turco-syrienne dont la première réunion s’est tenue en 2009. Dernier évènement en date : le Forum de coopération turco-arabe, en juin dernier, a conclu l’établissement d’une zone de libre échange entre la Turquie, la Syrie, le Liban, et la Jordanie.

Autre partenaire récent : l’Irak. De fortes tensions existaient pourtant, notamment au sujet de la gestion turque du fleuve Euphrate – dont Ankara veut limiter le débit afin de favoriser la construction de nouveaux barrages. Mais le refus turc d’ouvrir ses bases aux forces américaines dans le cadre du conflit en Irak a réchauffé les liens. Plus surprenant encore : des relations étroites sont nées avec le Kurdistan d’Irak. Le ministre des Affaires Étrangères turc, Ahmet Davutoglu a d’ailleurs déclaré lors d’une rencontre avec Massoud Barzani, le plus haut dignitaire kurde : « Le temps est venu pour les Arabes, les Kurdes, et les Turcs, de rebâtir ensemble le Moyen-Orient ».

Aujourd’hui, la Turquie sait dire non. Le 9 juin dernier, elle a refusé, en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU depuis le 1er janvier 2009, de donner son accord à un nouveau train de sanctions visant l’Iran. Un mois plus tôt, les deux voisins, ainsi que le Brésil, avaient signé une déclaration conjointe relative au nucléaire iranien et portant sur un échange d’uranium sur le sol turc.

Pas de remise en cause de ses liens avec l’Occident

Mais la grande force de la Turquie est de pouvoir jouer sur tous les tableaux. L’assainissement de ses relations orientales n’a que très peu modifié ses liens avec l’Occident. Davutoglu clame fortement l’attachement de son pays à l’OTAN et sa volonté d’adhérer à l’Union Européenne.

Comme un symbole, Hüseyin Diriöz, ambassadeur turc, a été nommé en juillet dernier secrétaire général adjoint de l’Otan alors que la Turquie s’était formellement opposée à la nomination à la tête de l’Alliance de Anders Fögg Rasmussen, élu depuis. Cet évènement montre que la Turquie est devenue un partenaire stratégique fondamental pour les États-Unis et leurs alliés. Celle-ci est ailleurs particulièrement active en Afghanistan dans le cadre de l’ISAF, la Force Internationale d’Assistance et de Sécurité, qu’elle a présidée trois fois. Cependant, elle se refuse à combattre les insurgés de peur de heurter l’opinion publique arabe.

L’adhésion à l’Union Européenne reste l’une des grandes préoccupations turques. Ankara pourrait en effet être un gage de sécurité pour l’Union, notamment par l’image que dégage la Turquie dans le monde musulman. De plus, l’une des principales critiques formulées par Bruxelles étant le passé houleux vis-à-vis de l’Arménie, le récent rapprochement entre les deux pays pourrait accélérer le processus.

Israël comme nouvel ennemi

On ne peut pas plaire à tout le monde. L’adage résume parfaitement la situation de la Turquie aujourd’hui. En souhaitant nouer des relations amicales avec ses tous ses voisins arabes, Ankara s’est attiré les foudres de son grand allié historique qu’est Israël.

Les récents évènements montrent que la situation est très tendue entre les deux pays. Le Premier ministre turc Erdogan a qualifié en 2004 l’assassinat du chef spirituel du Hamas Cheikh Yassine d’acte terroriste. Il a ensuite refusé, en octobre 2009, la participation d’Israël à des exercices aériens dans le cadre de l’OTAN. En 2009 encore, lors de la conférence de Davos, Erdovan a quitté la table ronde en estimant son temps de parole trop faible en comparaison de celui accordé à l’Israélien Shimon Peres.

Tous ces évènements font qu’il est légitime de penser que la grande amitié qui liait ces deux pays est rompue. C’est l’avis de la JINSA, Jewish Institute for National Security Affairs, pour qui, au vu des relations qu’elle entretient avec l’Iran, le Hamas, la Syrie, et le Brésil, la présence d’armes occidentales en Turquie est sujet à suspicion et méfiance. La JINSA demande purement et simplement à Washington de stopper sa coopération avec Ankara et d’agir afin de l’exclure de l’OTAN.

Ainsi, la diplomatie omnidirectionnelle prônée par Davutoglu pourrait fonctionner à merveille, si l’on exceptait la rivalité naissante avec Israël, qui n’a, pour le moment, aucun caractère officiel. Cette rupture peut laisser craindre un éloignement de l’Occident, États-Unis en tête. Que deviendrait alors la Turquie ? Avec son expérience et sa popularité, assurément le nouveau chef de file du Moyen-Orient…

Riad TIROUCHE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s