La finance islamique à la rescousse de l’Egypte

Les sukuks, ça vous dit quelque chose ? Pourtant, l’Égypte s’apprête à émettre ses premières obligations islamiques conformes à la charia. Afin d’éviter le prêt à intérêt, l’investisseur dans un sukuk achète des parts d’une entreprise ou d’un projet, devenant donc associé et non créancier. Il est ainsi rétribué grâce aux revenus générés par l’objet financé. Certains voient là le moyen de réduire considérablement la dette égyptienne qui « absorbe 25 à 30% des dépenses publiques » selon Achraf Badreddine, membre du parti Liberté et Justice au pouvoir. D’autres, au contraire, considèrent que les sukuks n’auront aucune incidence réelle sur l’économie égyptienne tant que persisteront « la bureaucratie et la corruption » qui dissuadent les investisseurs selon Abdallah Erfan, chercheur à l’université Notre-Dame (USA). Espérons seulement qu’à terme l’Égypte fasse le bon choix.

Source: http://weekly.ahram.org.eg/News/760/18/Sukuk-unleashed.aspx

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s