La política migratoria española: una apertura de doble filo

Con la llegada de Pedro Sanchez al puesto de Presidente del Gobierno de España en 2018, se adoptó una política migratoria más acogedora que la del previo gobierno, con la entrada de 64 298 migrantes en el país para el año 2018. ¿Pero cual fue la evolución de esa política desde los años 1970 y la democratización del pais ? ¿Que consecuencias tiene al nivel social y teritorial, y cómo permite servir los intereses económicos de España ? Aquí tienes claves para entender mejor este reto.

Continuer de lire « La política migratoria española: una apertura de doble filo »

Extrême-droite en Europe : la fin de l’exception espagnole

Le 7 octobre 2018, le parti Vox de Santiago Abascal  a organisé un grand meeting réunissant plus de 10 000 personnes à Madrid. Les idées qu’il véhicule reflètent la ligne politique classique des partis européens d’extrême droite : discours europhobes, opposition à l’immigration, renouvellement de la classe politique, lutte contre la corruption ainsi que nationalisme. La crise économique qui a très lourdement frappé l’Espagne en … Continuer de lire Extrême-droite en Europe : la fin de l’exception espagnole

Extrême droite en Europe : la fin de l’exception espagnole ?

Le 7 octobre 2018, le parti Vox de Santiago Abascal  a organisé un grand meeting réunissant plus de 10 000 personnes à Madrid. Les idées qu’il véhicule sont assez classiques des partis européens  d’extrême droite : discours europhobes, opposition à l’immigration, renouvellement de la classe politique, lutte contre la corruption ainsi que nationalisme . La crise économique qui a très lourdement frappé l’Espagne en 2011, ainsi que l’accueil de 40 000 migrants depuis le début de l’année expliquent cette popularité nouvelle de ce parti, dont la création remonte à 2013.  Pourtant Vox est un ovni dans le paysage politique espagnol, et ce pour deux raisons : le fait qu’il soit d’extrême droite et son discours centraliste.
Continuer de lire « Extrême droite en Europe : la fin de l’exception espagnole ? »