Cap-Vert : un archipel assoiffé ?

La multiplication des catastrophes naturelles, cyclones, inondations, sécheresses ou encore séismes, est sans aucun doute l’une des manifestations les plus visibles et les plus dramatiques du changement climatique. Sixième point des Objectifs de développement durable regroupés dans l’Agenda 2030 adopté par les Nations Unies en 2015, l’eau tient une place centrale dans ces tragédies. La question de son accès, de sa répartition comme de sa bonne gestion recèle de nombreux enjeux humains et financiers, bien souvent non dénués d’arrières-pensées géopolitiques. Situées en périphérie des grands conflits liés à l’eau que l’on retrouve notamment au Moyen-Orient ou au Cachemire, les îles du Cap-Vert sont elles aussi directement affectées par la raréfaction de leurs ressources en eau. Présenté par le gouvernement cap-verdien comme une «plateforme» entre le Portugal, l’Afrique et le Brésil, cet archipel dispersé en dix îles volcaniques au milieu de l’Atlantique doit veiller en permanence à ses approvisionnements en eau. Continuer de lire Cap-Vert : un archipel assoiffé ?

Richard Wagner : de Hecker à Hitler

La plupart du temps, le nom « Wagner » évoque immédiatement le compositeur allemand, mais dans le champ des relations internationales, il s’agit de la dénomination d’une société militaire privée russe. Évidemment, il est pertinent dans le cadre d’une plateforme consacrée aux relations internationales de s’intéresser à l’influence de cette société sur les différents conflits internationaux impliquant plus ou moins directement la Russie. Cependant, il peut être aussi intéressant d’interroger ce que les arts et la culture peuvent nous apprendre au sujet des enjeux internationaux. L’objectif de cet article est de montrer à travers une étude de cas précise la pertinence d’une réflexion sur les liens entre enjeux culturels et enjeux internationaux. Continuer de lire Richard Wagner : de Hecker à Hitler

Le vivre-ensemble : utopie bien-pensante ou prérequis du contrat social ?

Le 16 octobre 2010, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré que « Multikulti ist gescheitert » (le multiculturalisme a échoué), admettant la difficulté de faire coexister plusieurs cultures différentes au sein d’une même nation (1). En raison de sa présence systématique dans les débats politiques et médiatiques, le multiculturalisme est devenu un thème majeur du XXIème siècle. Les sociétés occidentales ont vu les discours se polariser entre ceux qui voient le multiculturalisme comme une opportunité de paix et de partage et ceux qui s’effraient de la menace qu’il représente pour leur propre identité. Ce thème semble désormais incarner le clivage du monde politique occidental, séparé entre les progressistes et les conservateurs. Continuer de lire « Le vivre-ensemble : utopie bien-pensante ou prérequis du contrat social ? »

Chine : murmures de culture

A l’entrée de l’atelier des frères Gao, au cœur de Pékin, sept Grand Timoniers bien en chair s’apprêtent à tirer sur un Jésus décharné. Plus loin derrière, un Mao avenant aux côtés d’Hitler et Ben Laden – en bonne compagnie donc. Les frères Gao ne peuvent évidemment pas exposer ces œuvres en Chine mais de leur atelier au cœur de la capitale celles-ci sonnent en provocation aux oreilles attentives des autorités du Parti.  On la simplifie souvent au mot censure et en plus les deux riment, mais la culture et plus largement l’art présentent en Chine un rapport complexe à la politique. Difficile de parler politique à travers l’art, mais pas impossible : une culture partielle tente de survivre en parallèle d’une fast-culture à grande échelle créée pour étouffer toute velléité d’opposition, supposée ou fondée. Quid donc de la place de la culture dans une société où l’expression personnelle est étouffée sous des couches de censure multiples ? Continuer de lire « Chine : murmures de culture »

L’archipel du Svalbard, vitrine des conflits géopolitiques en Arctique

Dans un entretien donné à High North News en janvier 2020, l’écrivain norvégien Per Arne Totland souligne que l’importance stratégique du Svalbard est plus grande que jamais depuis la signature du traité qui y a trait il y a exactement 100 ans. Cela met en évidence un regain d’intérêt récent pour cet archipel situé dans l’océan Arctique, entre le Groenland à l’ouest, la terre de François-Joseph à l’est et l’Europe au sud. Ce territoire est sous souveraineté norvégienne depuis 1920, date de la signature du traité du Svalbard, qui lui donne un statut juridique, mettant fin au régime de terra nullius (1) qui le définissait jusqu’alors. Malgré la reconnaissance de l’exercice du pouvoir de la Norvège sur cette région, le traité définit une originalité sans précédent : l’internationalisation partielle du Svalbard, dont l’interprétation va être au fondement de nombreuses tensions.

Continuer de lire « L’archipel du Svalbard, vitrine des conflits géopolitiques en Arctique »