Le coupé-décalé : Entre diversion et construction d’un nouveau mode politique dans l’Afrique francophone des années 2000

Les origines du mouvement du coupé-décalé sont assez obscures, comme ce qui en relève exactement. Pour le définir, il est primordial de préciser les revendications particulières d’artistes qui ne sont pas formellement organisés. Nous pouvons tenter de caractériser ce mouvement comme un mouvement musical qui naît dans les boîtes de nuit de Londres et de région parisienne, créé par des artistes principalement d’origine ivoirienne, réimporté en Afrique francophone. Il incorpore des rythmes différents des rythmes occidentaux, qui s’inspirent à la fois du zouglou ivoirien et du n’dombolo congolais, deux styles de musique traditionnelle dans leurs pays d’origine. Douk Saga, un DJ ivoirien qui se produit en région parisienne avant de revenir à Abidjan en 2002 et  figure emblématique du mouvement, revendique sa création. L’une de ses caractéristiques essentielles est de rendre hommage aux grands Hommes d’Afrique de l’Ouest, dans une langue alliant français, dérivés locaux du français et des langues locales. Continuer de lire « Le coupé-décalé : Entre diversion et construction d’un nouveau mode politique dans l’Afrique francophone des années 2000 »

Publicités

Wroclaw : capitale européenne de la culture 2016

La ville polonaise de Wroclaw a fêté en janvier 2016 son entrée dans l’histoire des capitales européennes de la culture (1). Les Polonais lors de la cérémonie d’ouverture – orchestrée par le maître des Jeux Olympiques de Londres en 2012, Chris Baldwin (2) – ont affirmé leur attachement à la culture européenne. Paradoxalement, alors que le pays célèbre cette nomination, la Pologne et son nouveau … Continuer de lire Wroclaw : capitale européenne de la culture 2016

Fiche de lecture : Marianne HAGELSTEIN, Soft Power et diplomatie culturelle. Le cas de Taiwan

A l’heure de l’avènement de Taïwan sur la scène de la « pop culture asiatique » aux côtés de la Corée du Sud et du Japon, Yang Tzu-Pao propose de s’interroger sur les fondements et les caractéristiques de la diplomatie culturelle taïwanaise. En effet, dans un séminaire donné à l’université catholique de Fu Jen à Taipei en novembre 2012, l’ancien ministre des Affaires étrangères taïwanais présente les différentes influences définissant le modèle diplomatique et les stratégies aujourd’hui mises en œuvre par le pays afin d’acquérir une légitimité sur la scène internationale. Dans l’ombre de la République Populaire de Chine, Taïwan cherche à se démarquer en valorisant sa position de carrefour entre cultures occidentale et asiatique.

Continuer de lire « Fiche de lecture : Marianne HAGELSTEIN, Soft Power et diplomatie culturelle. Le cas de Taiwan »