Les relations anglo-irlandaises : du Royaume d’Irlande à la République

Depuis l’instauration du Royaume d’Irlande au XXIIème siècle à la proclamation de la République d’Irlande en 1948, les relations anglo-irlandaises ont été lourdes de tensions ; pendant l’occupation pluriséculaire de l’Irlande, l’Angleterre s’emploie à contrôler l’île d’émeraude à travers diverses mesures, dont la spoliation des terres en territoire rebelle et la mise au banc de l’héritage gaélique du pays. L’histoire des relations entre les deux pays montre que celles-ci ont longtemps été celles d’une colonie et d’une métropole. En effet, les velléités d’indépendance, et même d’autonomie, tendent à être de plus en plus réprimées jusqu’au XIXème siècle, où les libéraux et les députés irlandais amènent la question de l’auto-gouvernement (Home Rule) à Westminster. Celui-ci doit être mis en oeuvre après la Première guerre mondiale, mais laisse rapidement place à l’État Libre d’Irlande. Après la Deuxième guerre mondiale, l’Irlande acquiert son indépendance totale ; les derniers pouvoirs qu’avaient le Roi lui sont retirés. 

Continuer de lire « Les relations anglo-irlandaises : du Royaume d’Irlande à la République »

Cap-Vert : un archipel assoiffé ?

La multiplication des catastrophes naturelles, cyclones, inondations, sécheresses ou encore séismes, est sans aucun doute l’une des manifestations les plus visibles et les plus dramatiques du changement climatique. Sixième point des Objectifs de développement durable regroupés dans l’Agenda 2030 adopté par les Nations Unies en 2015, l’eau tient une place centrale dans ces tragédies. La question de son accès, de sa répartition comme de sa bonne gestion recèle de nombreux enjeux humains et financiers, bien souvent non dénués d’arrières-pensées géopolitiques. Situées en périphérie des grands conflits liés à l’eau que l’on retrouve notamment au Moyen-Orient ou au Cachemire, les îles du Cap-Vert sont elles aussi directement affectées par la raréfaction de leurs ressources en eau. Présenté par le gouvernement cap-verdien comme une «plateforme» entre le Portugal, l’Afrique et le Brésil, cet archipel dispersé en dix îles volcaniques au milieu de l’Atlantique doit veiller en permanence à ses approvisionnements en eau. Continuer de lire Cap-Vert : un archipel assoiffé ?

Pourquoi un pays change-t-il de drapeau ?

La question pourrait surprendre un Français pour qui la bannière tricolore est le drapeau national depuis la Révolution. Or, nombreux sont les pays à faire évoluer leurs étendards officiels. Ainsi, la décennie 2010 a vu pas moins de 13 pays légiférer sur leurs drapeaux nationaux, allant du changement total, comme la Birmanie en 2010, à d’imperceptibles évolutions, à l’image du Paraguay qui a redessiné le blason au centre de son drapeau en 2013.

Continuer de lire « Pourquoi un pays change-t-il de drapeau ? »

Désenclaver l’Afrique des Grands Lacs – les défis de l’Afrique de l’Est

Rares sont les pays qui ne se sont pas construits autour des échanges maritimes et portuaires, sources, semble-t-il, inépuisables de commerce international et d’enrichissement national. Cependant, certains pays ne disposant d’aucun accès direct à la mer se sont bien constitués, formant ainsi des enclaves territoriales au sein de continents tout entiers. C’est le cas notamment de l’Ouganda, du Burundi et du Rwanda. Regroupés par une expression communément acceptée « d’Afrique des Grands Lacs », ces territoires d’Afrique centre-orientale, loin des mers et des océans, sont qualifiés d’interlacustres [1]. Rassemblés ainsi par une structuration géographique relativement abstraite, ces territoires « d’entre les lacs », bien que l’imaginaire collectif puisse parfois en faire une construction géographique fantasmée, sont pourtant des territoires aux situations géopolitiques extrêmement complexes.  Continuer de lire « Désenclaver l’Afrique des Grands Lacs – les défis de l’Afrique de l’Est »

Opening up the Great Lakes Region – the challenges of East Africa

Very few countries have not been built around sea routes and harbours, seemingly infinite sources of international trade and national increase of wealth. However, some countries without any waterfronts have developed, thus forming territorial enclaves within entire continents. This is the case of Uganda, Burundi and Rwanda. Regrouped by the commonly accepted expression of Great Lakes Region, these central-eastern African territories, far from seas and oceans, are described as “inter-lacustrine”. Put together by this relatively abstract geographical structuration, these territories “between the lakes” – although collective imagination may sometimes fantasise this geographical construction -are lands with extremely complex geopolitical situations.  Continuer de lire « Opening up the Great Lakes Region – the challenges of East Africa »