Chine : murmures de culture

A l’entrée de l’atelier des frères Gao, au cœur de Pékin, sept Grand Timoniers bien en chair s’apprêtent à tirer sur un Jésus décharné. Plus loin derrière, un Mao avenant aux côtés d’Hitler et Ben Laden – en bonne compagnie donc. Les frères Gao ne peuvent évidemment pas exposer ces œuvres en Chine mais de leur atelier au cœur de la capitale celles-ci sonnent en provocation aux oreilles attentives des autorités du Parti.  On la simplifie souvent au mot censure et en plus les deux riment, mais la culture et plus largement l’art présentent en Chine un rapport complexe à la politique. Difficile de parler politique à travers l’art, mais pas impossible : une culture partielle tente de survivre en parallèle d’une fast-culture à grande échelle créée pour étouffer toute velléité d’opposition, supposée ou fondée. Quid donc de la place de la culture dans une société où l’expression personnelle est étouffée sous des couches de censure multiples ? Continuer de lire « Chine : murmures de culture »