Le coupé-décalé : Entre diversion et construction d’un nouveau mode politique dans l’Afrique francophone des années 2000

Les origines du mouvement du coupé-décalé sont assez obscures, comme ce qui en relève exactement. Pour le définir, il est primordial de préciser les revendications particulières d’artistes qui ne sont pas formellement organisés. Nous pouvons tenter de caractériser ce mouvement comme un mouvement musical qui naît dans les boîtes de nuit de Londres et de région parisienne, créé par des artistes principalement d’origine ivoirienne, réimporté en Afrique francophone. Il incorpore des rythmes différents des rythmes occidentaux, qui s’inspirent à la fois du zouglou ivoirien et du n’dombolo congolais, deux styles de musique traditionnelle dans leurs pays d’origine. Douk Saga, un DJ ivoirien qui se produit en région parisienne avant de revenir à Abidjan en 2002 et  figure emblématique du mouvement, revendique sa création. L’une de ses caractéristiques essentielles est de rendre hommage aux grands Hommes d’Afrique de l’Ouest, dans une langue alliant français, dérivés locaux du français et des langues locales. Continuer de lire « Le coupé-décalé : Entre diversion et construction d’un nouveau mode politique dans l’Afrique francophone des années 2000 »

Publicités

Présence militaire française au Sénégal : coopération bilatérale ou héritage colonial ?

En l’espace d’un demi-siècle, la France est intervenue plus de quarante fois sur le sol africain, après avoir signé une vingtaine d’accords de défense et de coopération militaire avec ses anciennes colonies. Dans les pays d’une « Françafrique » dénoncée à de nombreuse reprises par les intellectuels et dans la presse, le Sénégal occupe une place de choix.

Continuer de lire « Présence militaire française au Sénégal : coopération bilatérale ou héritage colonial ? »

Le Franc CFA, au-delà des polémiques, quelles réalités économiques ?

Le 70ème anniversaire du Franc CFA en décembre 2015 a réactivé les polémiques sur son fonctionnement et son impact sur le développement économique des pays africains en dépendant.

Cette monnaie aujourd’hui vivement controversée apparaît en 1945, lorsque la France ratifie les accords de Bretton Woods et procède immédiatement à sa première déclaration de parité au Fonds monétaire international (FMI). Franc CFA signifie alors « franc des Colonies Françaises d’Afrique ». Soixante-douze ans plus tard, franc CFA signifie “franc de la Communauté Financière d’Afrique pour les pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine” (UEMOA), et “franc de la Coopération Financière en Afrique centrale pour les pays membres de la Communauté économique et monétaire des États de l’Afrique Centrale” (CEMAC), auxquelles le franc comorien vient se greffer. Aussi, si l’Afrique Occidentale Française (AOF) et l’Afrique Equatoriale Française (AEF) se sont libérées de la tutelle coloniale, les nouveaux États n’ont pas obtenu leur pleine indépendance économique. Continuer de lire « Le Franc CFA, au-delà des polémiques, quelles réalités économiques ? »

Dans l’esprit de Gbagbo (2) : Pourquoi le cacao pourrait le sauver.

Après l’épisode de la nationalisation des banques, Laurent Gbagbo a décidé d’agir sur le cacao en annonçant la prochaine réquisition des stocks des firmes multinationales, bloqués suite à l’embargo sur les ports d’Abidjan et de San Pedro. Le point sur le cacao ivoirien, un des derniers espoirs pour Gbagbo de s’accrocher, encore, au pouvoir. Continuer de lire « Dans l’esprit de Gbagbo (2) : Pourquoi le cacao pourrait le sauver. »

Dans l’esprit de Gbagbo (1) : Pourquoi il ne négociera pas avec Ouattara

La Côte d’Ivoire n’en finit pas de s’enfoncer dans une crise politique sans précédent. Cependant, bien plus qu’un simple désaccord électoral, ce scrutin est bel et bien l’ultime (?) affrontement d’un duel qui dure depuis près de vingt ans. Entre Laurent Gbagbo, accroché au pouvoir, et Alassane Ouattara, reconnu par la communauté internationale, se joue bien plus qu’une élection. Éclairage. Continuer de lire « Dans l’esprit de Gbagbo (1) : Pourquoi il ne négociera pas avec Ouattara »