Liens intimes entre le Parti et l’Armée en Chine

   La réforme de l’Armée populaire de libération en décembre 2015 a vu la réaffirmation par le président Xi Jinping de la primauté du Parti sur l’Armée et la réorganisation du commandement de l’Armée populaire de libération (APL). Cette réforme a pu être imposée grâce au travail de sape et de terreur de la campagne anti-corruption de 2012, qui a permis au président Xi d’éliminer ses opposants et de placer ses soutiens à des postes clés. La rigueur idéologique redevient un élément central au sein des forces armées. Désormais, tous les échelons de la hiérarchie sont contrôlés par les commissions de discipline, alors que le Président Xi a déclaré à l’occasion du XIXème Congrès du Parti, en octobre 2017, que la campagne anti-corruption était à la fois « permanente et totale ».

Continuer de lire « Liens intimes entre le Parti et l’Armée en Chine »

Publicités

La politique internationale de la Chine, entre intégration et volonté de puissance

Jean-Pierre Cabestan est un sinologue français renommé, directeur de recherche au CNRS, chercheur associé à l’Asia Centre de Paris et professeur à l’Université baptiste de Hong Kong où il dirige le département de science politique et d’études internationales. Les recherches de J-P Cabestan portent sur les réformes juridique et politique en Chine, les relations entre la Chine et Taïwan, mais aussi sur la politique étrangère et de sécurité chinoise. Continuer de lire « La politique internationale de la Chine, entre intégration et volonté de puissance »

Les nouvelles routes de la soie : comment la Chine façonne-t-elle la mondialisation de demain ?

Le mardi 24 octobre 2017, alors que se clôturait le 19ème congrès du Parti communiste chinois dans le Palais du Peuple, Place Tiananmen, les 2300 délégués du PCC ont voté un amendement pour inscrire dans la charte du parti « La pensée de Xi sur le socialisme aux caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère »[1]. Continuer de lire « Les nouvelles routes de la soie : comment la Chine façonne-t-elle la mondialisation de demain ? »