Quel avenir pour le Mozambique ?

Destination bien souvent méconnue, le Mozambique est un pays qui s’étend le long de la côte orientale de l’Afrique australe. Fort d’un territoire de 800 000 km carrés et de plus de 27 millions d’habitants, ce pays est en passe de devenir une puissance africaine incontournable grâce aux innombrables ressources ─ notamment énergétiques ─ dont il dispose. Depuis quelques années, le Mozambique a su miser sur son potentiel d’envergure pour se relever d’un passé difficile, marqué à la fois par les abus de la colonisation portugaise ainsi que par les affres d’une guerre civile dévastatrice. En outre, par sa position stratégique, le territoire mozambicain s’est imposé comme un lieu de passage privilégié par lequel transite une part non négligeable des flux commerciaux mondiaux. Dès lors, les ressources du Mozambique sont l’objet de la convoitise de nombreuses puissances, à l’image de la Russie, du Brésil ou de la France, qui cherchent à s’implanter durablement dans le pays et à faire de celui-ci un partenaire économique de choix. Continuer de lire « Quel avenir pour le Mozambique ? »

2018 : Quel bilan ?

Alors que le monde s’engage dans une année 2019 déjà riche en événements, il est temps de marquer une courte pause dans le flot incessant de l’actualité. Classe Internationale vous propose aujourd’hui de revenir sur l’année 2018 et ses événements centraux, afin de poser les jalons d’une meilleure compréhension des enjeux des années à venir. Petit tour d’horizon.

Continuer de lire « 2018 : Quel bilan ? »

Présence militaire française au Sénégal : coopération bilatérale ou héritage colonial ?

En l’espace d’un demi-siècle, la France est intervenue plus de quarante fois sur le sol africain, après avoir signé une vingtaine d’accords de défense et de coopération militaire avec ses anciennes colonies. Dans les pays d’une « Françafrique » dénoncée à de nombreuse reprises par les intellectuels et dans la presse, le Sénégal occupe une place de choix.

Continuer de lire « Présence militaire française au Sénégal : coopération bilatérale ou héritage colonial ? »