Mer de Barents : quelle coexistence en Arctique pour la Russie et la Norvège ?

Le 27 avril 2010 à Oslo, la Russie et la Norvège avaient mis fin à un différend frontalier vieux d’une quarantaine d’années dans la mer de Barents [1], située en Arctique au nord de la Russie occidentale et de la Norvège. Le Président russe, Dmitri Medvedev, et le Premier ministre norvégien, aujourd’hui Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avaient alors réglé cette question source de tensions entre les deux pays.

Continuer de lire « Mer de Barents : quelle coexistence en Arctique pour la Russie et la Norvège ? »

Arctique : une nouvelle guerre froide sur la banquise ?

Domaine des hautes latitudes boréales, l’Arctique [1] peut être appréhendée comme l’ensemble formé de l’océan glacial Arctique et des terres continentales et insulaires bornées par le cercle polaire arctique [2]. Ainsi, et contrairement à l’Antarctique, cette région aux limites floues ne peut se définir comme un continent à part entière: en effet, ce territoire majoritairement constitué d’eaux gelées – la banquise – s’étend en réalité sur de vastes étendues terrestres, sous toutes les longitudes. On dénombre ainsi six Etats dits « riverains » de la zone et prétendant y exercer une souveraineté: le Canada, les Etats-Unis – grâce à l’Alaska, le Danemark – via le Groenland, la Russie la Norvège et l’Islande. Ces six pays, complétés de la Suède et de la Finlande, forment le Conseil de l’Arctique. Ce forum intergouvernemental fondé en 1996 n’omet pas les associations de représentants de peuples autochtones.

Continuer de lire « Arctique : une nouvelle guerre froide sur la banquise ? »

Nouveaux pirates : lutter contre la menace hybride

Depuis l’apparition de la navigation et du commerce maritime, les navires ont vu leur sécurité menacée par des pirates. Ce délit, l’un des plus anciens du droit des gens, et relevant de la compétence universelle, est loin d’être le vestige d’un passé révolu ni même un épiphénomène géographique. Il constitue une réalité cruelle et récurrente. En effet, les pirates isolés ou travaillant dans des structures criminelles ont été, en 2017, à l’origine de 180 actes de piraterie et de brigandage maritime contre des navires,  selon les statistiques du Bureau maritime international (IMB) de Kuala Lumpur. La même année, 136 navires ont été abordés par des pirates, 22 autres ont subi des tentatives d’attaques, 16 ont été la cible de tirs et 6 ont été détournés. Continuer de lire « Nouveaux pirates : lutter contre la menace hybride »