La politique du Vatican en Amérique latine et l’action du Pape François

Le mois dernier, le Pape François se rendait à Panama pour célébrer aux côtés de nombreux jeunes les Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) (1). Un événement qui permet de s’intéresser à l’influence du Vatican sur le continent latino-américain et notamment au rôle qu’y joue le Pape. L’Amérique latine est considérée comme le continent le plus catholique au monde, mais depuis plusieurs années l’influence de l’Église catholique traverse une crise durable dans cette région, notamment auprès des populations. Depuis l’arrivée des colons en 1492, l’Église a toujours eu une place très importante sur le continent, notamment au travers de nombreuses missions d’évangélisation. En revanche, depuis plusieurs décennies le monopole de la religion catholique est remis en question par l’émergence de nouveaux courants religieux, en particulier les évangélistes qui rassemblent de plus en plus de fidèles. Face aussi à un processus de sécularisation de la société et à des faits sociaux de plus en plus répandus, sur lesquels l’Église est parfois jugée trop conservatrice, on remarque un réel recul de la foi catholique dans la région. En 2013, l’élection du premier Pape latino-américain, le Pape François, a initié un nouvel élan pour la politique du Vatican en Amérique latine et a offert de nouvelles perspectives pour le rôle de l’Église dans la région. Continuer de lire « La politique du Vatican en Amérique latine et l’action du Pape François »

Venezuela : l’internationalisation d’une crise interne

Le 2 février dernier on fêtait une date importante au Venezuela : l’anniversaire de la révolution bolivarienne. Ce même jour, en 1999, Hugo Chavez a été élu pour la première fois. C’est peut-être avec son successeur, 20 ans plus tard, que la révolution bolivarienne se terminera.   Continuer de lire « Venezuela : l’internationalisation d’une crise interne »

Brexit : quelles conséquences environnementales ?

   Parlons Brexit. Mais pour une fois, laissons la dimension strictement politique ou économique de côté. Le sujet n’en reste pas moins vital : il s’agit de lier le Brexit à notre santé, alimentation et bien-être. En bref, parlons de ses conséquences environnementales. Continuer de lire « Brexit : quelles conséquences environnementales ? »

The Paris Peace Forum – A level playing field for global governance?

On Monday November 12, queuing to pass the security check of the Grande Halle de la Villette was a long row of seemingly ordinary people chatting in their winter coats. Nothing extraordinary, nothing excessive, the frenzy of the day before had gently faded away. Big speeches, heads of state, grand commemorations of World War I, the flashes of journalist cameras had given place to another … Continuer de lire The Paris Peace Forum – A level playing field for global governance?

La « rééducation » des minorités religieuses du Xinjiang : absorption du terrorisme ou dernière étape d’effacement d’une culture ?

Danses, sports et rires : c’est une clameur joyeuse qui se dégage de l’unique vidéo enregistrée au sein d’un camp de « rééducation » des populations musulmanes de la région chinoise du Xinjiang, mise en ligne il y a deux semaines par Hu Xijin[1]. Depuis un mois, l’existence prouvée de ces infrastructures fait frémir la communauté internationale et un tel enregistrement aurait dû soulager. Toutefois, cette vidéo pourrait ne pas refléter l’expérience quotidienne des détenus : Hu Xijin n’est autre que l’éditeur du Global Times, journal d’État aux mains du Parti communiste chinois (PCC). C’est ce même journal qui rapportait au mois d’octobre la parole officielle du gouvernement : « Les programmes d’éducation au Xinjiang améliorent les opportunités de vie des apprentis et des familles. » Si certaines autorités internationales ont réclamé, sans succès, l’autorisation de visiter elles-mêmes ces camps, nombre d’organisations et de think tanks ont lancé leurs propres recherches.  Continuer de lire « La « rééducation » des minorités religieuses du Xinjiang : absorption du terrorisme ou dernière étape d’effacement d’une culture ? »