Penser les situations (post)coloniales : le cas de l’Inde colonisée et postcoloniale dans son rapport à la métropole

 

La visite de Justin Trudeau, Premier Ministre canadien, en Inde, il y a quelques semaines, a été l’occasion de nombreuses critiques quant à sa décision d’habiller toute sa famille en tenues traditionnelles indiennes. On l’a alors taxé d’appropriation culturelle, terme issu des études postcoloniales. Cette critique nous invite à nous poser la question du néocolonialisme, c’est pourquoi nous avons décidé de revenir sur le cas de l’Inde coloniale et postcoloniale dans son rapport à la métropole.

L’exemple de l’Inde est un des cas les plus étudiés pour parler de la décolonisation, mais nous avons choisi aujourd’hui de l’analyser à travers le prisme de deux articles :  « Les études postcoloniales. Une invention politique de la tradition ? » écrit par Jean-François Bayart en 2009 et « Les sciences sociales et le moment colonial : de la problématique de la domination coloniale à celle de l’hégémonie impériale » écrit par Romain Bertrand en 2006. Ces deux articles s’inscrivent dans une perspective particulière : il s’agit de porter un nouveau regard sur les sociétés extra-européennes en ne les considérant plus uniquement dans leur rapport à la colonisation. Ces auteurs tentent de démontrer l’existence de caractéristiques et donc de trajectoires qui leur sont propres. A l’inverse des études postcoloniales qui voient dans la situation coloniale et sa potentielle reproduction l’origine et la cause des rapports sociaux contemporains, Jean-François Bayart et Bertrand Romain tendent à analyser les empires coloniaux comme des espaces hétérogènes et conflictuels, à pointer l’historicité du « fait colonial » et surtout à souligner l’importance de ne pas surestimer l’emprise des empires coloniaux. Jean-François Bayart se défend notamment contre la perception d’un continent africain « lové sur lui-même, et contraint à entrer dans une histoire exogène ». Nous avons choisi le cas de l’Inde pour étudier la pertinence des différents concepts mis en évidence.

Continuer de lire « Penser les situations (post)coloniales : le cas de l’Inde colonisée et postcoloniale dans son rapport à la métropole »

Publicités

Le Népal, un an après le drame

Au cours de l’été 2016, j’ai passé trois semaines au Népal, accompagnée de trois autres membres de l’association Edu’Kidz [1], afin de concrétiser l’un de nos nombreux projets. Ayant pour objectif de promouvoir l’accès à l’éducation dans divers pays du monde, nous avons profité de la période estivale pour rencontrer nos partenaires en Asie afin de mieux les connaître et de savoir comment pérenniser nos actions. J’ai pour ma part participé à la dernière étape de ce périple de trois mois. Nous avons ainsi contribué au financement et à l’achat de matériel scolaire pour l’école Shree Bhagawati Higher Secondary School, située dans le village de Sankhu, dans la vallée de Katmandou, ainsi qu’à l’achat de lampes solaires pour de nombreux élèves, initiative utile dans un pays où les coupures de courant sont intempestives. Nous avons eu la chance de pouvoir vivre pendant deux semaines auprès des habitants de ce village et de prendre pleinement conscience de la réalité de leur vie quotidienne. Ce voyage fût plus généralement l’occasion de découvrir un pays encore peu connu, se remettant tout juste du terrible tremblement de terre du 25 avril 2015. Continuer de lire « Le Népal, un an après le drame »