Quelle place pour la France en Arctique ? Tour d’horizon des intérêts stratégiques français dans cette région polaire

L’actualité récente en Arctique ne se résume pas à la proposition déconcertante de Donald Trump d’un éventuel achat du Groenland au Danemark en août dernier, ni aux suspicions de détournement des fonds alloués à l’ancienne ambassadrice des pôles, Ségolène Royal. Si ces informations font la une des gros titres, il en est d’autres, non moins intéressantes, qui pourraient susciter notre attention. Ainsi, du 9 au 13 décembre dernier, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères accueillait l’Arctic Week 2019, une conférence internationale dédiée aux enjeux contemporains en Arctique organisée par le CEARC (1). Ce fut l’occasion d’étudier tant les questions environnementales et climatiques que sociales, politiques ou internationales, en impliquant, au-delà des scientifiques, chercheurs et responsables politiques, des étudiants et surtout les peuples autochtones, souvent délaissés des questionnements récents à propos de l’Arctique. 

Cet évènement est symptomatique du regain d’intérêt que connaît la région ces dernières années. L’Arctique polarise à lui seul de nombreux questionnements sur l’avenir du monde et des relations internationales : réchauffement climatique, commerce international, multilatéralisme, préservation de la biodiversité, recherche scientifique, etc.

Continuer de lire « Quelle place pour la France en Arctique ? Tour d’horizon des intérêts stratégiques français dans cette région polaire »

Extractivisme et militantisme écologique en Amérique Latine

Selon l’ONG Global Witness, 207 militants écologistes ont été assassinés dans le monde en 2017, battant le record de 2016 de 200 morts. Avec 60% des meurtres, l’Amérique Latine est la région la plus dangereuse pour ces militants, qui souvent ne se définissent pas comme écologistes mais comme défenseurs de leur terre, forêt ou rivière, face à des projets d’exploitation minière ou pétrolière. Continuer de lire « Extractivisme et militantisme écologique en Amérique Latine »

Extractivisme et militantisme écologique en Amérique Latine

Selon l’ONG Global Witness, au moins 200 militants écologistes ont été assassinés dans le monde en 2016, battant le record de 2015 de 185 morts. En 2017, 98 morts seraient déjà répertoriés. Avec 60% des meurtres, l’Amérique Latine est la région la plus dangereuse pour ces militants, qui souvent ne se définissent pas comme écologistes mais comme défenseurs de leur terre, forêt ou rivière, face à des projets d’exploitation minière ou pétrolière. Continuer de lire « Extractivisme et militantisme écologique en Amérique Latine »

Gazprom au coeur de la puissance russe

     En 1965, a été créé le ministère soviétique de l’industrie gazière, chargé de la prospection, de l’extraction, du transport et de la distribution du gaz naturel. A la chute du bloc soviétique, ce ministère s’est transformé en Gazprom, une société d’Etat par actions. Depuis l’arrivée de Vladimir Poutine, l’Etat n’a cessé de renforcer son emprise sur Gazprom afin d’en faire un outil politique. Avec l’Etat comme actionnaire principal, Gazprom est devenu une donnée essentielle dans la construction de la politique intérieure et extérieure de la Russie. Détentrice d’environ 16.8% des réserves de gaz mondial, cette dernière gère ses ressources telle une “Gazocratie”, un système dépendant de ses ressources gazières. D’un côté elle utilise son emprise sur les énergies pour exercer des pressions sur ses clients et d’un autre, elle dégage des revenus immenses, essentiels à la stabilité économique et sociale de la société russe. Il s’agit en réalité d’un système paradoxal du fait des logiques économiques et politiques contradictoires qui coexistent au sein de la société Gazprom. Cette coexistence témoigne de la promiscuité entre la géopolitique de Gazprom et la géopolitique de la Russie.
Continuer de lire « Gazprom au coeur de la puissance russe »

L’intégration régionale est-elle la solution pour l’Asie du Sud ?

L’Asie du Sud est une région clairement définie sur le plan géographique. Elle est en effet bien délimitée par la barrière montagneuse de l’Himalaya et par l’océan Indien. Cette région méridionale de l’Asie compte huit pays : l’Afghanistan – que certains préfèrent placer dans le monde turco-iranien -, le Bangladesh, le Bhoutan, l’Inde, les Maldives, le Népal, le Pakistan et le Sri Lanka. Elle rassemble un quart de la population mondiale et sera la plus peuplée du monde d’ici 2060 selon les Nations unies. Par ailleurs, ces huit États limitrophes partagent une histoire commune qui les rend encore aujourd’hui, aussi bien culturellement que socialement, proches les uns des autres. Continuer de lire L’intégration régionale est-elle la solution pour l’Asie du Sud ?