L’efficacité du Dôme de fer remise en cause

Avec 85% des roquettes tirées par le Hamas interceptées, le Dôme de fer est considéré comme un facteur essentiel dans le succès de l’opération « Pilier de Défense », offensive militaire menée par Tsahal[1]  dans la bande de Gaza fin 2012. En réduisant les dégâts infligés par le Hamas, le Dôme de fer a évité au gouvernement la pression de l’opinion publique qui aurait pu le contraindre à engager une opération terrestre aux conséquences incertaines. Son succès est tel que des pays comme l’Inde sont prêts à passer des commandes à hauteur de 2 milliards de dollars. Un homme cependant, Theodore Postol, ancien professeur du MIT[2], remet en cause l’efficacité de ce système dont le taux de succès serait en réalité compris entre 5 et 10%.

MRIAE_Dôme de fer_Israël

Theodore Postol n’en est pas à sa première critique des missiles de défense. A la fin de la première guerre du Golfe, le missile Patriot[3] avait été érigé par les États-Unis comme un succès technologique, avec un taux d’interception des missiles irakiens Scuds[4] de 96%. Mais Postol avait immédiatement dénoncé un taux de réussite réel inférieur à 5%, précisant qu’il n’y avait aucune preuve du succès de ces missiles. Le scientifique s’attira alors les foudres du Pentagone et des fabricants qui cherchèrent à le discréditer à tout prix. Il reçut cependant le soutien de l’ancien Secrétaire à la Défense des États-Unis, William Cohen, qui confirma les défaillances performatives du premier modèle de Patriot. Les affirmations de Postol ont depuis été reconnues comme vraies. Aujourd’hui, une nouvelle génération de missiles Patriot a vu le jour et se vend à de nombreux pays. En Janvier 2013, le Pentagone a autorisé la vente de Patriot  pour une valeur de 872,6 millions de dollars. En Juillet 2012, le Koweït en a acquis pour 4 milliards de dollars.

Pendant ce temps, Théodore Postol est en procès contre le MIT qu’il accuse d’avoir falsifié les résultats de tests de missiles de défense. Le MIT aurait menti sur les capacités de l’un d’entre eux à distinguer un missile armé d’un leurre, dans le seul but de préserver la relation lucrative que l’établissement entretient avec les industries de défense et de continuer à bénéficier des subventions de l’Etat.

Les données concernant le taux de réussite d’un missile ne sont pas connues du public. Par conséquent, comme Postol tente de le montrer, rien ne prouve la véracité des résultats brandis par les États ou les entreprises au sujet des systèmes de défense. Aussi bien Israël que les États-Unis ont intérêt à annoncer que leurs systèmes fonctionnent. Dans un premier temps, la population n’aura pas l’impression que son argent a été gaspillé, et dans le cadre d’un conflit, l’opinion publique se verra rassurée par le système en place, comme cela a été le cas avec l’opération « Pilier de Défense ». L’enjeu économique est par ailleurs non négligeable puisqu’un système réputé efficace a plus de chances d’être vendu à des États ayant des relations tendus avec leurs voisins. Le problème qui se pose, si ce qu’annonce Postol est vrai, est que des États pourraient être amenés à baser leur défense sur un système qui s’avérerait être inefficace, et à en payer le prix fort au moment où ils en auraient besoin.

De nombreuses questions demeurent. La première est de savoir si Postol a raison. D’autre part, si les missiles de défense sont loin d’être aussi efficaces qu’annoncé, qui masque la réalité ? Dans quels buts ? Les États, cherchant à rassurer l’opinion publique comme Israël, ou les entreprises, dans le but de vendre leurs produits ? Enfin, dans le cas du « Dôme de Fer », si seulement 10% des roquettes ont été interceptées au lieu des 85% annoncées, où sont passées les 75% restantes ?

Sacha Madar, étudiant en Relations Internationales à l’ILERI (Institut Libre d’Etudes des Relations Internationales)


[1] Nom hébreu de l’armée israélienne

[2] Massachussetts Institute of Technology

[3] Système de missile sol-air de moyenne portée utilisé dans le cadre de la défense anti-missile

[4] Missiles de courte portée

Pour aller plus loin:

http://www.lefigaro.fr/international/2012/12/26/01003-20121226ARTFIG00422-le-dome-de-fer-revolutionne-la-defense-israelienne.phphttp://tsahal.fr/glossaire/dome-de-fer/

http://www.bbc.co.uk/news/world-middle-east-21751766

http://www.sfgate.com/news/article/MIT-physicist-knocks-anti-missile-system-2666045.php

http://www.boston.com/news/globe/magazine/articles/2005/10/23/going_postol/

http://www.nytimes.com/2003/01/02/us/mit-studies-accusations-lies-cover-up-serious-flaws-antimissile-system.html

http://www.globes.co.il/serveen/globes/docview.asp?did=1000805691&fid=1725

http://www.fool.com/investing/general/2013/01/03/pentagon-awards-8726-million-in-patriot-missile-co.aspx

http://www.todayszaman.com/news-187034-us-to-sell-turkey-patriot-missiles-in-78-billion-deal.html

http://www.thehindubusinessline.com/news/international/article3685773.ece

Publicités

Une réflexion sur “L’efficacité du Dôme de fer remise en cause

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s