Chronologie indicative de la Colombie moderne et périodisation du conflit armé interne.

           Chronologie indicative

XVIe s : colonisation espagnole de la Nouvelle-Grenade.

1819 : Indépendance proclamée par Simon Bolivar.

1821-1830 : République de Grande Colombie (Colombie + Equateur + Venezuela + Panama).

1830-1858 : République de Nouvelle-Grenade (Colombie + Panama).

1858-1863 : Confédération Grenadine.

1863-1884 : États-Unis de Colombie selon le modèle fédéral des libéraux.

1886 : République de Colombie selon le modèle unitaire des conservateurs.

1899-1902 : Guerre des “ Mille jours ”, dernier conflit entre libéraux et conservateurs.

1903 : Indépendance du Panama.

1903-1948 : Les 45 années de paix.

1948 : Le 9 avril Jorge Eliécer Gaitan est assassiné à Bogotá, s’ensuit le Bogotazo.

1948-1953 : Période dite de “ La Violencia ”.

1953 : Coup d’Etat du général Rojas Pinillas.

1957-1978 : Frente Nacional, pacte entre libéraux et conservateurs.

1958 : Date officielle du début du conflit selon l’Etat colombien.

1959 : Révolution cubaine.

1964 : Offensive de Marquetalia, bataille fondatrice de la guérilla des FARC.

1966 : Création des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – FARC la principale guérilla.

1970 : Victoire de Misael Pastrana suite à des fraudes électorales, la guérilla M-19 est fondée.

1981 : Création du MAS (Muerte a los Secuestradores), groupe paramilitaires des “Narcos”.

1985 : Création de l’Union Patriotica (UP), parti de gauche légal.

1986-fin 1990’s : “ Baile Rojo ”, des assassinats politiques visent les membres de l’UP.

1991 : Nouvelle Constitution et désarmements partiels de groupes armés.

1995-2002 : Expansion maximale des FARC.

1997 : Création des d’Autodéfense Unies de Colombie (AUC) paramilitaires.

2002 : Échec des négociations menées par le président Andrés Pastrana avec les FARC.

2002-2010 : Alvaro Uribe élu Président.

2003-2006 : Démobilisation d’une partie des AUC.

2006 : Scandale des parapoliticos.

2010-2014 : Premier mandat de Juan Manuel Santos.

2012 : Début des négociations entre les FARC-ELN et le Gouvernement à La Havane.

2014 : réélection de Juan Manuel Santos à la présidence, poursuite des négociations.

 

Périodisation du conflit armé interne colombien selon le CMNH.

“ -La première période (1958-1982) marque la transition d’une violence bipartiste à une violence subversive, caractérisée par la prolifération des guérillas qui contraste avec l’apogée de la mobilisation sociale et de la marginalisation du conflit armé.

-La deuxième période (1982-1996) se distingue par la projection politique, l’expansion territoriale et le développement militaire des guérillas, l’apparition des groupes paramilitaires, la crise et l’effondrement partiel de l’Etat, l’irruption et la propagation du narcotrafic, l’apogée et le déclin de la Guerre froide concomitant avec le positionnement du narcotrafic dans l’agenda global, la nouvelle Constitution politique de 1991 et le processus de paix et les réformes démocratiques comme résultats partiels et ambigus.

-La troisième période (1996-2005), marque l’ultime recrudescence du conflit armé, qui se distingue par les expansions simultanées des guérillas et des groupes paramilitaires, la crise et la recomposition de l’Etat, la radicalisation politique de l’opinion publique pour une solution militaire au conflit armé. La lutte contre le narcotrafic et son imbrication dans la lutte contre le terrorisme.

-La quatrième période (2005-2012) marque un tournant du conflit avec l’expansion maximale de l’offensive militaire de l’Etat, qui affaiblie mais n’anéantie pas les guérillas. Parallèlement se produit l’échec des négociations politiques avec les groupes paramilitaires qui se réarment. ”

Source : rapport “ Basta Ya !” disponible sur le site du CNMH.

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

La loi du zek : plongée dans l’univers carcéral russe

La loi du zek : plongée dans l’univers carcéral russe

Le viol de guerre : une arme invisible aux conséquences dévastatrices.

Le viol de guerre : une arme invisible aux conséquences dévastatrices.

Le Liban, un an après

Le Liban, un an après

La « guerre hybride » (3/4) : la seconde guerre du Liban (2006), le parfait exemple d’un « conflit hybride » ?

La « guerre hybride » (3/4) : la seconde guerre du Liban (2006), le parfait exemple d’un « conflit hybride » ?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *