Narcotrafic : quand l’Etat colombien récupère ses trésors.

Narcotrafic : quand l’Etat colombien récupère ses trésors.

Près de 700 pièces d’art précolombiennes, des céramiques, des restes humains et des statuettes ont été rendues à la Colombie par l’Espagne. Ces objets ont été confisqués en 2003 par les autorités espagnoles dans le cadre d’une opération contre des trafiquants de drogue et d’art. Ce trésor est qualifié d’“ inestimable ”, le directeur de l’Institut colombien d’anthropologie et d’histoire parle d’une “ extraordinaire synthèse de notre patrimoine pré-hispanique[1]. En effet, ces 700 objets proviennent de lieux et d’époques très différents et vont contribuer à enrichir la connaissance de l’histoire colombienne pré-hispanique.

Pour regarder une courte vidéo en espagnol de la présentation à la presse des près de 700 pièces d’art le 1er septembre 2014, cliquez sur ce lien du quotidien elpais.com

« Une figurine précolombienne, une des pièces du trésor remis par Madrid aux autorités colombiennes, et présenté le 1er septembre 2014 à Bogotá. » Crédit: Luis Acosta.

 

La fortune d’« El Loco ».

Le narcotrafic ne détruit donc pas seulement la stabilité politique, les cultures agricoles et la santé des individus, il détruit aussi la mémoire du pays en pillant ses trésors. Le trafic d’art et ses bénéfices faramineux constitue un secteur privilégié par les narcotrafiquants toujours à la recherche de nouvelles sources de revenus. Les quantités d’argent brassées par le narcotrafic dépassent l’entendement, l’Etat colombien a par exemple récemment saisi 39 millions de dollars de biens appartenant à Daniel Barrera « El Loco », l’un des derniers barons de la drogue de l’époque « post-Escobar ». Le gouvernement a saisi des propriétés, des stations-services, un centre commercial, des parts dans un hôtel et même des places de stationnement. Mais ceci n’a rien à voir avec ce que la Justice colombienne avait saisi en 2008 au même « Loco » lors de son arrestation : 211 millions de dollars dont un jet privé estimé à 750 000 dollars.

Lire cet article de lapresse.ca

Daniel-Loco-Barrera-Omar-Veliz_NACIMA20130707_0103_6
Le narcotraficant Daniel el « Loco » Barrera. Crédit : Omar Véliz.

Nicolas SAUVAIN

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

Le concept de « génocide culturel » et la réécriture du passé: L’exemple de la destruction du cimetière arménien de Djoulfa

Exportations d’armes : quelle position pour la France ?

Exportations d’armes : quelle position pour la France ?

Le portugais : bientôt langue officielle des Nations unies ?

Le portugais : bientôt langue officielle des Nations unies ?

La « guerre hybride » (1/4) : l’expérience militaire des États-Unis comme condition préalable à l’émergence de la guerre hybride

La « guerre hybride » (1/4) : l’expérience militaire des États-Unis comme condition préalable à l’émergence de la guerre hybride

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *