«A Amazônia é nossa» : la vision de l’Amazonie dans la pensée politique brésilienne

Le sommet du G7 qui s’est tenu à Biarritz les 24-26 août derniers aura été le théâtre d’une vive passe d’armes diplomatique entre la France et le Brésil. Accusé d’avoir manqué à ses engagements en faveur du climat par Emmanuel Macron alors que la forêt amazonienne était en proie à des incendies gigantesques (1), Jair Bolsonaro n’a pas tardé à fustiger le néocolonialisme européen, arguant que l’Amazonie est une question relevant de la politique intérieure brésilienne. Doit-on conclure avec lui, que la France, qui partage avec le Brésil 730 km de frontières communes formées par l’Amazonie via la Guyane française n’a pas voix au chapitre ? Peut-on reprocher à Emmanuel Macron son «ingérence climatique» ou bien le dossier amazonien mérite-t-il, au contraire, d’être internationalisé ?

Continuer de lire « «A Amazônia é nossa» : la vision de l’Amazonie dans la pensée politique brésilienne »

Allemagne : une victoire en demi-teinte pour Angela Merkel

En fonction depuis le 22 novembre 2005, la chancelière fédérale Angela Merkel a connu quatre Présidents français, trois Présidents américains, quatre Premiers ministres britanniques, et tant d’autres chefs d’État ou de gouvernements. Presque douze ans après, celle que les Allemands surnomment « Mutti » [1] est toujours fidèle au poste. Suite à l’annonce des résultats des élections législatives allemandes du 24 septembre, la chancelière devrait sans aucun doute débuter un quatrième mandat, grâce à la victoire de son parti issu de l’alliance historique CDU/CSU [2] (32,9% des suffrages). Mais ce succès a des accents amers pour la dirigeante : loin d’obtenir la majorité absolue au Bundestag [3] – la chancelière a même reconnu un score décevant – la CDU va devoir composer avec les forces politiques en place pour former un nouveau gouvernement de coalition. Continuer de lire « Allemagne : une victoire en demi-teinte pour Angela Merkel »

Ordre international et changement climatique

Le sommet de Copenhague de 2009 a confirmé le basculement du pouvoir autour du couple Etats-Unis – Chine. M. Obama s’est d’abord entretenu pendant près d’une heure avec M. Wen, le premier ministre chinois. Ils ont ensuite été rejoints par le président brésilien Lula da Silva, le premier ministre indien Manmohan Singh et le président sud-africain Jacob Zuma. Ces discussions parallèles ont débouché sur un accord non contraignant préservant la souveraineté des Etats. Le sommet de Copenhague était censé définir les grands principes et engagements que les Etats devaient respecter pour lutter contre le réchauffement climatique, mais il a aussi et surtout révélé un nouvel équilibre, le G2 Etats-Unis-Chine.

Continuer de lire « Ordre international et changement climatique »