«A Amazônia é nossa» : la vision de l’Amazonie dans la pensée politique brésilienne

«A Amazônia é nossa» : la vision de l’Amazonie dans la pensée politique brésilienne

Le sommet du G7 qui s’est tenu à Biarritz les 24-26 août derniers aura été le théâtre d’une vive passe d’armes diplomatique entre la France et le Brésil. Accusé d’avoir manqué à ses engagements en faveur du climat par Emmanuel Macron alors que la forêt amazonienne était en proie à des incendies gigantesques (1), Jair Bolsonaro n’a pas tardé à fustiger le néocolonialisme européen, arguant que l’Amazonie est une question relevant de la politique intérieure brésilienne. Doit-on conclure avec lui, que la France, qui partage avec le Brésil 730 km de frontières communes formées par l’Amazonie via la Guyane française n’a pas voix au chapitre ? Peut-on reprocher à Emmanuel Macron son «ingérence climatique» ou bien le dossier amazonien mérite-t-il, au contraire, d’être internationalisé ?

Bolsonaro n’est cependant pas le premier responsable politique brésilien à formuler une vision prédatrice et souverainiste de la forêt amazonienne. C’est en effet sous les auspices douloureux de la dictature militaire (1964 – 1985) que s’est forgée une première vision stratégique de cet immense espace transfrontalier de 5 500 000 km2 (2). Jusque-là encore largement inconnue des élites politiques brésiliennes, la forêt amazonienne a fait l’objet d’une politique de «grands travaux» au grand dam de l’environnement au cours des années 1970. À cet égard, la position très conservatrice défendue par Jair Bolsonaro ne peut se comprendre sans revenir à la matrice originelle du projet militaire brésilien pour l’Amazonie, matrice qui structure encore largement l’esprit du chef de l’État brésilien. Mais pouvait-il en être autrement venant d’un nostalgique assumé de la dictature ? Cette première approche historique nous permettra dans un second temps de déceler les nombreux enjeux se cachant derrière le «l’Amazonie est à nous» brandit par le Brésil, entre diplomatie environnementale et changement climatique, droits des peuples autochtones et remise en cause du principe de la souveraineté territoriale des États.

amazonie
Vue aérienne de l’Amazonie près de Manaus (© Wikipédia)

 

 

L’Amazonie en uniforme : «découverte» et politique de développement à marche forcée sous la dictature militaire.

«Intégrer pour ne pas livrer» (aux appétits des puissances étrangères), c’est par ce slogan que les militaires envisagent l’Amazonie comme relevant de leur domaine réservé depuis la lointaine Brasília. Au beau milieu des années 1970, voilà bientôt dix ans que les généraux président aux destinés du Brésil. Venus pour rétablir l’ordre et chasser le «péril rouge» communiste qui aurait menacé de plonger le pays dans le chaos en cette période de guerre froide, ils nourrissent de grands desseins pour cette région aussi immense que méconnue dans l’imaginaire politique brésilien. Mais d’où peut bien venir l’ennemi qui menacerait la souveraineté du géant sud-américain, abritant à lui seul 70 % de la forêt amazonienne ? Pour un pays qui n’a plus fait l’expérience de la guerre sur son territoire depuis sa victoire sur le Paraguay voisin en 1870, la question peut sembler incongrue. La crainte d’une invasion extérieure dissipée, c’est davantage la question du contrôle des ressources naturelles qui obsède l’esprit des militaires. L’Amazonie abrite en effet des ressources colossales en bois, en eau douce – dont elle constitue le premier bassin mondial – et bientôt en hydrocarbures. En théorie, l’Amazonie a donc plus qu’il n’en faut pour susciter bien des «convoitises internationales». Pour le Brésil d’alors, exercer sa souveraineté sur un espace aussi sous-exploité devient un enjeu de sécurité nationale.

Or, prendre possession d’un territoire c’est avant tout l’occuper. Dans cette optique, et au mépris de toute préoccupation environnementale, un vaste programme de peuplement est lancé dès 1970. Le percement d’une autoroute en 1972, baptisée « Transamazonienne »  allait servir de point de fixation pour les colons paysans sans-terre nouvellement arrivés du Nordeste voisin et chargés de cultiver les terres fraîchement défrichées. L’ouverture de ce front pionnier, basé sur le modèle du latifundium (3) se solde par un creusement des inégalités. Si le Brésil entre dans une phase de croissance accrue – son PIB va croître jusqu’à 14% en 1973 ! – le Nordeste, la région la plus pauvre de pays, souffre toujours de la faim. Surtout, cette agriculture extensive a fait exploser la déforestation. Ce sont ainsi pas moins de 14 millions d’hectares  de forêt qui se sont volatilisés alors que la région de l’Amazonie n’est peuplée que par 7 millions d’habitants, soit moins de 1% de la population brésilienne en 1978. Pour le décideur public de l’époque, l’enjeu environnemental n’est tout simplement pas encore pris au sérieux et est encore très loin d’être institutionnalisé, en dépit du premier Sommet de la Terre de Stockholm (1972).

En définitive, cette politique de développement sert avant tout une politique de puissance et de pragmatisme économique. Par son immensité et l’étendue de ses ressources, intégrer l’Amazonie au reste du territoire est pour les généraux au pouvoir une formidable occasion de décupler le potentiel d’un pays en proie à l’instabilité économique. L’exportation massive de matières premières doit permettre l’allégement de la dette extérieure dans un Brésil qui souffre d’une inflation galopante. En ce sens, la création du programme POLAMAZÔNIA répond parfaitement à ces enjeux de développement. Il vise à développer les activités agro-minières dans la région au moyen de pôles de développement préétablis où doit se concentrer l’investissement pour la création d’infrastructures. Ce programme marque également le point de départ des lobbys agro-forestiers brésiliens. Pour la première fois, le capitalisme prédateur dont font preuve les compagnies agro-industrielles – brésiliennes et multinationales étrangères – stimule la colonisation privée de l’Amazonie en favorisant l’apparition de vastes exploitations agricoles, actant de facto sa déforestation massive.

Cette politique économique n’a cependant pas eu les effets escomptés. Plombées par des investissements trop lourds, les finances publiques du pays sont au plus mal alors que le premier choc pétrolier de 1973 sonne comme un coup de grâce dans un Brésil qui se remet à peine des effets d’un krach boursier qui a durement touché ses places financières à São Paulo et Rio de Janeiro deux ans plus tôt. La balance commerciale brésilienne enregistre un fort déficit et l’inflation atteint des sommets dans les années 1980. Démarrée en 1974 et achevée à la toute fin de la dictature en novembre 1984, la construction de l’usine hydroélectrique de Tucuruí, dans l’État du Pará, est le symbole de la faillite de la politique des  militaires. Ce gigantesque barrage, en plus de son coût de construction, a précipité l’effondrement de la biodiversité et exproprié nombre de tribus indigènes bien souvent non indemnisées par l’État.

Pour autant, les militaires ont bel et bien oeuvré à la «sécurité nationale» ainsi qu’au développement du pays. La mise en valeur de l’Amazonie a permis au Brésil d’aller à la conquête de nouveaux marchés, en attirant de nouveaux investisseurs étrangers. Dans le même temps, l’ouverture économique a rimé avec l’étouffement de toute opposition, la dictature pourchassant toute forme de résistance jusqu’aux tréfonds de la forêt.

Héritier de cette tradition, le nouveau pouvoir brésilien, très néolibéral sur le plan économique, ne cache pas sa volonté de privatiser l’Amazonie, loin du nationalisme des militaires d’antan.

Bolsonaro : une vision prédatrice et souverainiste d’un espace transfrontalier. 

L’élection de Jair Bolsonaro à la présidence de la République a été saluée par nombre de ses partisans comme un «retour des militaires au pouvoir». Après un relatif effacement dans les années 1990, les militaires et leur pensée stratégique développée au sein de l’École Supérieure de Guerre ont cependant continuellement influencé les décideurs brésiliens. Ainsi, l’intégration régionale promue par le président Lula de 2003 à 2010 est l’occasion de redynamiser le développement de l’Amazonie en construisant de nouvelles routes ou de nouveaux canaux de circulation fluviale. Entre temps, la constitution de 1988 du Brésil nouvellement démocratique a consacré les droits des peuples autochtones en obligeant l’État à les garantir. Les populations amazoniennes ont désormais un droit à la terre qui leur est reconnu et il revient à Brasília de délimiter ce nouveau territoire. Ces mécanismes de protection législatifs n’ont pour autant pas acté une «sanctuarisation» de l’Amazonie tant le poids des lobbys de l’agro-business reste important. La mise en service de l’immense barrage de Belo Monte en 2016 (État du Pará), un projet vivement critiqué par le chef indien Raoni, figure de proue de la préservation de la forêt amazonienne et des cultures indigènes, illustre toute l’ambivalence d’un pouvoir qui oscille entre la défense des peuples autochtones et la valorisation économique du territoire.

C’est dans ce contexte que s’inscrivent les positions extrémistes de Bolsonaro. Pourfendeur, à l’instar de Donald Trump, des Accords de Paris (2015)  qu’il perçoit comme une entrave au bon développement du pays, le président brésilien n’a pas tardé à afficher sa volonté de ne plus respecter la démarcation des terres indigènes allant jusqu’à faire peser une menace existentielle sur la survie des tribus amazoniennes. Encore candidat, Bolsonaro ne faisait pas mystère de sa vision lucrative de l’Amazonie, proclamant : «là où se trouve la terre indigène, il y a de la richesse en dessous». À présent au pouvoir, il n’a pas hésité à procéder à des coupes budgétaires dans la Fondation Nationale de l’Indien (FUNAI), l’agence fédérale chargée de la défense des droits des peuples indigènes, placée depuis sous la responsabilité d’un ministère de l’Agriculture pro-agro-business, sous prétexte que l’Indien, cet «être préhistorique» est un obstacle au développement économique. Poursuivant sa logique prédatrice, Bolsonaro entend légiférer en faveur de l’exploration pétrolière et minière et de l’implantation de nouvelles usines hydroélectriques sur les territoires indigènes. Tout juste a-t-il promis que les populations concernées seraient consultées. Une telle hostilité à l’égard de la cause indigène s’est déjà révélée mortelle. Ce ne sont pas moins de neuf leaders indigènes qui ont trouvé la mort en 2019.

On le voit, la politique amazonienne bolsonariste procède d’un fort souverainisme, goûtant peu toute ingérence étrangère. Toutefois, l’alignement de la diplomatie climatosceptique brésilienne sur celle de Washington symbolisée par la visite de Bolsonaro à la Maison Blanche en mars 2019 ne devrait pas empêcher les multinationales nord-américaines de partir à l’assaut de l’Amazonie, renouant par là avec les vieilles pratiques de la dictature militaire. Le Brésil peut-il néanmoins s’affranchir de ses engagements internationaux lorsqu’il présente la déforestation comme un processus inéluctable pour relancer l’économie du pays ?

Il est aujourd’hui acquis que le changement climatique est une problématique globale occupant une bonne place de l’agenda diplomatique de toutes les chancelleries occidentales. Ce faisant, en donnant l’impression de laisser se consumer l’Amazonie, le Brésil s’inscrit en porte-à-faux par rapport à l’opinion publique mondiale, compromettant assurément sa crédibilité internationale. La suspension du Fonds pour l’Amazonie, fonds qui vise justement à combattre la déforestation, est la conséquence de ce discrédit. De fait, l’Allemagne comme la Norvège ont renoncé à verser leur contribution à Brasília pour l’année 2019 estimant que le Brésil ne montrait pas une implication suffisante dans la protection de la forêt. Dans cette crise internationale environnementale d’un genre nouveau, la France, en s’opposant à l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Mercosur a porté – potentiellement – un coup très dur aux secteurs exportateurs de l’agro-business brésilien, à commencer par les exportations de soja et de viande au moment même où l’Europe s’interroge sur la viabilité de ses habitudes alimentaires face à l’enjeu climatique. À l’avenir, Bolsonaro devra donc veiller à ne pas trop contrarier ce lobby du «boeuf», auquel il doit en partie son élection.

Si la question amazonienne aggrave l’isolement diplomatique et économique du pays (4), son internationalisation cristallise, in fine, deux conceptions de la souveraineté diamétralement opposées entre le Brésil et ses partenaires européens.

L’Amazonie, un bien public mondial ?

Les accusations de néocolonialisme faites aux Européens, et en particulier à la France, sont en réalité un trompe-l’œil bienvenu pour le gouvernement qui entend flatter la base électorale de Bolsonaro. Cette communication opportuniste lui permet de détourner habilement les critiques dont il fait l’objet sur sa politique amazonienne, y compris au Brésil. Cependant, les pays du Nord se voient régulièrement reprochés par les pays en développement de ne pas donner l’exemple en matière de protection de la nature et de la biodiversité, préférant confier ce fardeau aux seuls pays du Sud. Mais comment faire appliquer aux autres ce dont on a tant de mal à s’appliquer à soi-même ? Cette situation, qui a tout d’un nœud gordien, a tôt faite d’être tranchée dans le vif par Bolsonaro.

En appelant à la «bonne gouvernance de l’Amazonie» en marge du G7 de Biarritz, Emmanuel Macron ne pouvait heurter que de plein fouet la conception latino-américaine nationale de la souveraineté. ONG, peuples autochtones et bientôt puissances étrangères devraient de concert décider mutuellement du devenir de l’Amazonie dans la vision du chef de l’État français. Dès lors, peut-on imaginer avec le président français, l’émergence d’un droit «d’ingérence climatique» qui viendrait remettre en cause le principe de la souveraineté territoriale des États ? Par le passé, la primauté du droit humanitaire avait poussé les puissances occidentales à intervenir militairement en Somalie (1992) ou en ex-Yougoslavie (1999). En sera-t-il de même en Amazonie ? Cette potentielle invasion internationale serait vécue comme une humiliation nationale par Brasília, venant confirmer les plus sombres fantasmes de l’armée brésilienne. Si des litiges frontaliers persistent entre les États sud-américains, en témoigne le contentieux existant entre le Chili et la Bolivie pour l’accès à la mer de cette dernière (5), le sous-continent est traditionnellement épargné de tous conflits guerriers d’envergure. Marqués par une domination coloniale européenne pluriséculaire, la souveraineté nationale est un bien trop précieux pour les États latino-américains pour qu’elle soit à nouveau questionnée. À ce stade, il semble néanmoins improbable que le Conseil de Sécurité des Nations Unies, seul habilité par le droit international à faire usage de la force dans le système international actuel, se résolve à une telle extrémité en Amazonie. Au contraire, la création fin 2019, à l’initiative de la France, d’une «Alliance pour la Préservation des Forêts Tropicales» entend privilégier la voie de l’apaisement et de la concertation multilatérale. Aux contours encore flous, cette nouvelle organisation peut compter sur le soutien du Chili et de la Colombie. Si le Brésil n’a pas formellement rejoint l’alliance, plusieurs gouverneurs des États amazoniens, en désaccord avec la (non)-politique environnementale de Jair Bolsonaro se sont montrés intéressés par le projet.

Dans son premier discours à l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre dernier, Jair Bolsonaro a reconnu que le Brésil était un des pays les plus riches du monde en terme de biodiversité. Il a aussi affirmé que son pays était parmi les plus actifs dans la préservation de l’environnement. Présentant l’Amazonie comme une forêt «largement inviolée» et victime «d’attaques sensationnalistes» de la part des médias internationaux, il n’a pas montré le moindre signe d’inflexion dans les nouvelles orientations diplomatiques du Brésil au risque d’aggraver son isolement sur la scène internationale. Gageons, pour le bien du Brésil et de l’Amazonie, qu’il ne se livrera pas à nouveau à un exercice d’anti-diplomatie lors de sa prochaine allocution new-yorkaise prévue cet automne.

Alexis Coquin 

  1. Emmanuel Macron et Jair Bolsonaro se sont rencontrés pour la première fois le 28 juin 2019 lors du G20 d’Osaka au Japon. Si cette entrevue a permis de clarifier l’engagement du Brésil en faveur de l’environnement et de la biodiversité, Jair Bolsonaro est un climatosceptique notoire. Sous son mandat, de janvier à octobre 2019, ce ne sont pas moins de 906 000 hectares de forêt qui sont partis en fumée. Auparavant, le Brésil avait déclaré ne plus vouloir assumer l’organisation de la COP25 qui s’est finalement tenue à Madrid en décembre 2019.
  2. Outre le Brésil et la France (Guyane), l’Amazonie s’étend également en Bolivie, en Colombie, en Équateur, au Guyana, au Pérou, au Suriname, ainsi qu’au Venezuela soit 9 États du sous-continent américain.
  3. La pratique du latifundium se traduit en Amérique latine par la constitution de vastes exploitations agricoles à faibles rendements. Appelées fazendas au Brésil et haciendas dans les pays hispanophones voisins, ces exploitations ne sont pas sans générer d’importantes inégalités d’accès à la terre et sont à l’origine d’importants mouvements sociaux comme celui des paysans sans-terre.
  4. Le pro-activisme de la diplomatie brésilienne n’a pas survécu aux deux présidences de Lula. Depuis, les présidents brésiliens voyagent peu. Pour des raisons idéologiques, Jair Bolsonaro a réservé sa première visite d’État aux États-Unis de Donald Trump et son premier déplacement en Amérique latine au Chili, au détriment notable de l’Argentine, partenaire traditionnel du Brésil dans la région.
  5. Le souvenir de la guerre du Pacifique (1879 – 1884) empoisonne régulièrement les relations chilo-bolivienne. Privée depuis lors d’accès à la mer, la Bolivie a vu l’ensemble de ses revendications déboutées par la Cour internationale de Justice de la Haye en 2018. Le Chili n’est donc pas tenu d’aménager un quelconque accès à la mer à son voisin bolivien.

Sitographie

Bourmaud François-Xavier, “Macron accuse Bolsonaro d’avoir “menti” sur le climat, la France s’oppose à l’accord UE-Mercosur”, Le Figaro, 23 août 2019. https://www.lefigaro.fr/international/macron-accuse-bolsonaro-d-avoir-menti-sur-le-climat-la-france-s-oppose-a-l-accord-ue-mercosur-20190823

Casado Letícia et Londoño Ernesto. “Enquanto Bolsonaro cumpre as promessas sobre a Amazônia, indígenas brasileiros temem um ‘etnocídio’”, The New York Times, 19 avril 2020. https://www.nytimes.com/pt/2020/04/19/world/americas/bolsonaro-brasil-amazonia-indigenas-funai.html

Cossardeaux Joël. “COP 25 : les Etats au chevet de la forêt amazonienne, malgré Bolsonaro”, Les Échos, 5 décembre 2019.

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/cop-25-les-etats-au-chevet-de-la-foret-amazonienne-malgre-bolsonaro-1153840

Delcourt Laurent. “Dans l’Amazonie brésilienne, les assassinats des protecteurs de la forêt se multiplient”, Basta, 20 décembre 2019.

https://www.bastamag.net/Amazonie-Bresil-Bolsonaro-autochtones-indigenes-incendies-climat

Lambert Renaud. “Main basse sur l’Amazonie”, Le Monde diplomatique, octobre 2019.

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/10/LAMBERT/60455

Peixoto Fabrícia. “Linha do tempo: Entenda como ocorreu a ocupação da Amazônia”, BBC Brasil, 23 juin 2009.

https://www.bbc.com/portuguese/noticias/2009/07/090722_amazonia_timeline_fbdt

Rayes Chantal. “L’étrange fantasme brésilien d’une invasion internationale”, Libération, 17 mai 2005.

https://www.liberation.fr/planete/2005/05/17/l-etrange-fantasme-bresilien-d-une-invasion-internationale_520003

Valladão Alfredo. “A Amazônia “é nossa”? Sem dúvida. Mas soberania nunca significou fazer o que quiser”, RFI Brasil, 26 août 2019.

http://www.rfi.fr/br/brasil/20190826-o-mundo-agora

Zibechi Raúl. “Que veulent les militaires brésiliens ?”, Le Monde diplomatique, février 2019.

https://www.monde-diplomatique.fr/2019/02/ZIBECHI/59529

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

Exportations d’armes : quelle position pour la France ?

Exportations d’armes : quelle position pour la France ?

Le portugais : bientôt langue officielle des Nations unies ?

Le portugais : bientôt langue officielle des Nations unies ?

La « guerre hybride » (1/4) : l’expérience militaire des États-Unis comme condition préalable à l’émergence de la guerre hybride

La « guerre hybride » (1/4) : l’expérience militaire des États-Unis comme condition préalable à l’émergence de la guerre hybride

The Carlos Ghosn Affair and the « hostage justice » (hitojichi shiho)

The Carlos Ghosn Affair and the « hostage justice » (hitojichi shiho)

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *