Intégration énergétique de l’Afrique de l’Est : la solution éthiopienne ?

A l’occasion du 50e anniversaire de l’Union africaine (héritière de l’Organisation de l’unité africaine) en mai 2013, les dirigeants africains ont signé une déclaration qui réaffirmait le projet panafricain. C’est au titre de cette vision politique qu’a été adopté l’Agenda 2063, vaste programme de développement de l’Afrique sur une période de 50 ans. Parmi les « aspirations » de ce document, on retrouve la volonté d’une « Afrique prospère fondée sur la croissance inclusive et le développement durable » et d’un « continent intégré » notamment par le biais d’infrastructures mondiales. L’UA en fait le pari : la coopération à toutes les échelles permettra de résoudre des défis communs à l’ensemble des pays du continent, tels que la modernisation des infrastructures, la garantie pour tous d’un accès aux ressources et à des énergies principalement renouvelables (ou produites selon cette logique), une croissance pérenne et équitable. Continuer de lire « Intégration énergétique de l’Afrique de l’Est : la solution éthiopienne ? »

«A Amazônia é nossa» : la vision de l’Amazonie dans la pensée politique brésilienne

Le sommet du G7 qui s’est tenu à Biarritz les 24-26 août derniers aura été le théâtre d’une vive passe d’armes diplomatique entre la France et le Brésil. Accusé d’avoir manqué à ses engagements en faveur du climat par Emmanuel Macron alors que la forêt amazonienne était en proie à des incendies gigantesques (1), Jair Bolsonaro n’a pas tardé à fustiger le néocolonialisme européen, arguant que l’Amazonie est une question relevant de la politique intérieure brésilienne. Doit-on conclure avec lui, que la France, qui partage avec le Brésil 730 km de frontières communes formées par l’Amazonie via la Guyane française n’a pas voix au chapitre ? Peut-on reprocher à Emmanuel Macron son «ingérence climatique» ou bien le dossier amazonien mérite-t-il, au contraire, d’être internationalisé ?

Continuer de lire « «A Amazônia é nossa» : la vision de l’Amazonie dans la pensée politique brésilienne »

Une nouvelle classe ouvrière dans le Guangdong : vers un printemps ouvrier rampant en Chine du Sud ?

En pleine célébration du cinquantième anniversaire de “mai 68”, révolte étudiante et mouvement ouvrier qui ébranla la France comme jamais, l’atmosphère est propice à la réflexion sur le devenir des mobilisations de travailleurs. A ce titre, la situation que connaît la Chine depuis le début du siècle ne peut que nous interpeller : les mouvements sociaux réclamant le droit à la justice dans le monde du travail y sont en forte hausse. Pour la première fois dans la longue histoire de la contestation sociale chinoise, ils prennent massivement la forme de grèves, d’arrêts d’activité ou encore d’occupation des lieux de travail. Cette multiplication des mobilisations sociales est particulièrement visible dans le Guangdong où la crise financière de 2008 a servi d’accélérateur de l’Histoire. Première province exportatrice de Chine, située sur la côte sud-est du pays, le Guangdong est en effet une caisse de résonance pour les mouvements des droits du travail en Chine.

Continuer de lire « Une nouvelle classe ouvrière dans le Guangdong : vers un printemps ouvrier rampant en Chine du Sud ? »

La Nouvelle-Calédonie face à la France

Le président de la République Emmanuel Macron s’est rendu en Nouvelle-Calédonie du 3 au 5 mai 2018, dans le contexte tendu de la préparation du référendum d’autodétermination du 4 novembre prochain. Celui-ci doit clôturer le processus de « décolonisation » amorcé en 1998 par l’accord de Nouméa, qui complétait les accords de Matignon signés dix ans plus tôt. Le référendum posera la question : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ».

Continuer de lire « La Nouvelle-Calédonie face à la France »

Urbanisation en Afrique : quelles opportunités pour le développement durable ?

L’urbanisation du continent africain croît rapidement. Selon les données de l’ONU, en 1950, seuls 14% des Africains étaient citadins, contre 40% aujourd’hui. Selon ses projections de 2014, la tendance ne devrait pas s’inverser, mais se stabiliser aux alentours de 56% en 2050. Du fait de l’ampleur de ce phénomène, il est capital qu’il soit moins consommateur de ressources que ses précédents historiques asiatiques notamment. Continuer de lire « Urbanisation en Afrique : quelles opportunités pour le développement durable ? »