Casa Pueblo, une organisation de la base locale qui converse avec le global

A l’intérieur d’une maison rose de style colonial localisée sur le territoire d’une municipalité montagneuse de Porto Rico – Adjuntas – se trouve Casa Pueblo. Cette organisation fut créée en 1980 afin de mener la lutte contre un projet de mine à ciel ouvert qui devait s’installer sur le territoire de cette même municipalité et irrémédiablement dégrader l’environnement local. Mobilisant la population locale via diverses activités culturelles, de sensibilisation, d’évènements et de manifestations, Casa Pueblo obtint une première victoire en 1995 avec la décision du gouvernement portoricain d’interdire tout projet de mine ouverte sur l’île. A la suite de cette victoire, l’organisation profita de la dynamique pour s’affirmer comme un acteur local majeur, variant ses activités et propositions en direction de l’éducation, la culture, la lutte environnementale et la promotion de solutions énergétiques renouvelables, étant toujours animée d’un désir d’innovation améliorant le bien-être communautaire. Ainsi, bien que ses projets solaires soient toujours salués, son cofondateur, Alexis Massol-González explique qu’à « travers du solaire, nous agissons dans la pratique » et que l’innovation « se découvre plus tard ». Refusant l’idée de recevoir toute forme d’aide institutionnelle pour maintenir son indépendance d’idées, Casa Pueblo se définit par son fonctionnement selon un modèle d’autogestion communautaire.

Continuer de lire « Casa Pueblo, une organisation de la base locale qui converse avec le global »

Publicités

Congo-Océan, un lourd tribut à la modernité

Le Conseil représentatif des associations noires (Cran) saisissait en 2013 la justice dans une action civile contre l’État, Spie, Spie Batignolles et Clayax Acquisition, les trois entités héritières de la Société de construction des Batignolles (SNB), en charge de la construction de la ligne ferroviaire Congo-Océan reliant Brazzaville, la capitale de l’Afrique équatoriale française au port de Pointe Noire, sur le littoral atlantique. Continuer de lire « Congo-Océan, un lourd tribut à la modernité »

Les ambitions d’un médecin colonial en Afrique : l’histoire du docteur Jean Joseph David

L’histoire sanitaire du Cameroun fut marquée dès les années 1920 par des programmes de médecine de masse particulièrement ambitieux auxquels on associe généralement le docteur Eugène Jamot [1] qui participa notamment à une grande campagne de lutte contre la maladie du sommeil et dont la propagande faisait de lui le « sauveur de la race noire ». Cependant, une autre figure majeure de l’histoire du Cameroun est souvent oubliée : le docteur Jean Joseph David,  remis sur le devant de la scène depuis la publication du livre de G. Lachenal, Le médecin qui voulut être roi. Sur les traces d’une utopie coloniale, publié en 2017. C’est sur ce personnage et son action que nous aimerions revenir pour ainsi comprendre comment la médecine a participé à la construction de l’Etat colonial au Cameroun mais aussi comprendre ses formes et ses limites.

Continuer de lire « Les ambitions d’un médecin colonial en Afrique : l’histoire du docteur Jean Joseph David »

Coûts et héritages de la deuxième guerre des Boers (1899-1902)

La deuxième guerre des Boers de 1899 à 1902 oppose les Boers (les Néerlandais, aussi appelés Afrikaners) et les colons britanniques, dans leur volonté de contrôler le territoire sud-africain. Bien que les Néerlandais soient des étrangers sur le sol sud-africain, ils sont considérés dans cette guerre comme les colonisés car ils se sont implantés bien avant les Britanniques. C’est donc une guerre entre deux camps … Continuer de lire Coûts et héritages de la deuxième guerre des Boers (1899-1902)

La crise politique en République Démocratique du Congo, dernier épisode d’une instabilité chronique

La crise politique en République Démocratique du Congo (RDC) a débuté en septembre 2016 avec des manifestations à Kinshasa faisant plusieurs morts. Il paraissait alors évident pour les milliers de manifestants hostiles à Joseph Kabila, président au pouvoir, que ce dernier allait enfreindre la Constitution en briguant un troisième mandat. Le 20 décembre, date de la fin officielle du mandat présidentiel, Kabila a effectivement annoncé le report sine die de l’élection présidentielle. Ce n’est que le 31 décembre, que les négociations entreprises pour régler cette crise politique ont abouti à un accord avec Kabila. Élaboré avec la médiation de l’Église catholique, des membres du gouvernement et de l’opposition, cet accord prévoit le retrait du Président et la tenue d’élections avant fin 2017.

Si ces élections ont lieu, elles permettront potentiellement la première transition politique par les urnes depuis l’indépendance du pays en 1960.  Moise Katumbi s’est déjà déclaré candidat pour les élections présidentielles prévues en 2017. Cet homme politique populaire de l’opposition, fréquemment emprisonné pour son activisme, est à l’origine de la fondation de « Front citoyen 2016 ». Cette coalition formée en décembre 2016, qui rassemble l’opposition et la société civile congolaise, s’est engagée pour le respect du calendrier électoral. Continuer de lire « La crise politique en République Démocratique du Congo, dernier épisode d’une instabilité chronique »