La restitution des oeuvres d’art : le début d’une nouvelle politique culturelle ?

Les imposantes statues moaï vont-elles bientôt quitter les musées européens et retourner sur l’île de Pâques ? Les frises du Parthénon d’Athènes conservées par le British Museum vont-elles enfin retrouver le sol grec ?

Continuer de lire « La restitution des oeuvres d’art : le début d’une nouvelle politique culturelle ? »

« Déclarations », par Sebastião Salgado : la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, soixante-dix ans après

Signée à Paris le 10 décembre 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) est l’un des documents fondateurs du droit international relatif aux droits de l’Homme. Pour la première fois dans l’Histoire, un groupe d’États très hétérogène va reconnaître un ensemble de droits inaliénables et inhérents à la personne humaine. Comme le rappelle Amnesty International, la singularité de la DUDH est celle de dépasser les frontières étatiques, culturelles et religieuses au nom d’un objectif commun : la protection des droits humains[1].

L’année 2018 a marqué le 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle. Pour célébrer cet événement, le Musée de l’Homme organise une série d’activités dans le cadre de sa nouvelle saison, En droits !. Parmi celles-ci se trouve l’exposition Déclarations, dans laquelle une dizaine d’articles de la DUDH sont illustrés par des photos du photographe brésilien Sebastião Salgado.

Continuer de lire « « Déclarations », par Sebastião Salgado : la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, soixante-dix ans après »

La restitution des oeuvres d’art : le début d’une nouvelle politique culturelle ?

 

 

        Les imposantes statues moaï vont-elles bientôt quitter les musées européens et retourner sur l’île de Pâques ? Les frises du Parthénon d’Athènes conservées par le British Museum vont-elles enfin retrouver le sol grec ?

Continuer de lire « La restitution des oeuvres d’art : le début d’une nouvelle politique culturelle ? »

La « rééducation » des minorités religieuses du Xinjiang : absorption du terrorisme ou dernière étape d’effacement d’une culture ?

Danses, sports et rires : c’est une clameur joyeuse qui se dégage de l’unique vidéo enregistrée au sein d’un camp de « rééducation » des populations musulmanes de la région chinoise du Xinjiang, mise en ligne il y a deux semaines par Hu Xijin[1]. Depuis un mois, l’existence prouvée de ces infrastructures fait frémir la communauté internationale et un tel enregistrement aurait dû soulager. Toutefois, cette vidéo pourrait ne pas refléter l’expérience quotidienne des détenus : Hu Xijin n’est autre que l’éditeur du Global Times, journal d’État aux mains du Parti communiste chinois (PCC). C’est ce même journal qui rapportait au mois d’octobre la parole officielle du gouvernement : « Les programmes d’éducation au Xinjiang améliorent les opportunités de vie des apprentis et des familles. » Si certaines autorités internationales ont réclamé, sans succès, l’autorisation de visiter elles-mêmes ces camps, nombre d’organisations et de think tanks ont lancé leurs propres recherches.  Continuer de lire « La « rééducation » des minorités religieuses du Xinjiang : absorption du terrorisme ou dernière étape d’effacement d’une culture ? »

Leningrad, ou le nihilisme à la russe

« Sur des p*****s de Louboutin, dans un p***** de pantalon ». Difficile de faire plus clair, Leningrad n’est pas là pour ménager son auditoire. Ni qui que ce soit d’autre. Le groupe qui a fêté ses vingt ans en 2017 est aujourd’hui un phénomène majeur dans la musique russe contemporaine, dont le succès ne semble pas prêt de s’essouffler. Pourtant, si vous tapez leur nom sur un quelconque moteur de recherche « occidental », il vous faudra fouiller un peu avant de trouver la moindre information pertinente, la page Wikipédia francophone ne contenant que deux paragraphes dans la catégorie biographie, et d’une maigre discographie qui ne va pas au-delà de l’année 2014. A contrario, sur Yandex, moteur de recherche russophone par excellence, le groupe Leningrad va jusqu’à détrôner l’appellation révolutionnaire de la Venise du Nord, dont le groupe et son nom sont issus.

Continuer de lire « Leningrad, ou le nihilisme à la russe »