2018 : Quel bilan ?

Alors que le monde s’engage dans une année 2019 déjà riche en événements, il est temps de marquer une courte pause dans le flot incessant de l’actualité. Classe Internationale vous propose aujourd’hui de revenir sur l’année 2018 et ses événements centraux, afin de poser les jalons d’une meilleure compréhension des enjeux des années à venir. Petit tour d’horizon.

Continuer de lire « 2018 : Quel bilan ? »

Éthiopie- Érythrée, début de pourparlers historiques

Un vent d’apaisement souffle enfin sur la Corne de l’Afrique. Pour la première fois depuis le début des hostilités en 1998, Asmara envoie une délégation de haut niveau en Éthiopie. La délégation, conduite par le ministre des Affaires étrangères Osman Saleh est arrivée le 26 juin 2018 dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, pour des pourparlers sur la fin du conflit. Cette visite fait suite à … Continuer de lire Éthiopie- Érythrée, début de pourparlers historiques

La guerre au Yémen : un conflit oublié du Moyen-Orient

Mardi 13 décembre 2016, l’institut Open Diplomacy organisait au sein des locaux d’ESCP Europe une conférence sur la guerre au Yémen, un conflit oublié au Moyen-Orient. Parmi les invités se trouvaient, respectivement dans la prise de parole, Monsieur Éric Vallet, chercheur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et spécialiste de l’histoire du Yémen et de la péninsule arabique ; Madame Agnès Levallois, consultante spécialisée du Moyen-Orient et … Continuer de lire La guerre au Yémen : un conflit oublié du Moyen-Orient

“The infiltrators are a cancer in our society.”

“The infiltrators are a cancer in our society”. C’est à la lecture de ces mots, prononcés en mai 2012 par Miri Regeve, ministre israélienne de la culture, que j’ai décidé d’effectuer un travail de recherche sur la situation des demandeurs d’asile africains en Israël, au sein du Centre de Recherche Français à Jérusalem (CRFJ) durant l’été 2015. En raison de ma formation académique très centrée sur les droits de l’homme, cette expression m’a choquée au premier abord puis elle m’a donné envie de réfléchir. En effet, Israël fait face depuis une décennie à une arrivée massive de migrants venus du Soudan et des pays de la Corne de l’Afrique, principalement l’Erythrée. Il ne s’agit pas d’une immigration appuyée par le pays d’accueil pour des raisons religieuses comme cela avait pu être le cas dans les années 1980 avec les juifs Ethiopiens. En effet, les “opérations Moïse(1)” et “Salomon(2) menées par Israël et les Etats-Unis pour les sauver de la grande famine touchant à cette époque le pays, ont été grandement motivées par des raisons religieuses et démographiques. Il s’agissait d’augmenter le nombre de juifs présents sur le territoire israélien. Ces deux « sauvetage en masse » conduiront ensuite 6 000 Ethiopiens à accomplir leur alya(3), mettant fin à l’existence de la communauté juive d’Ethiopie, vieille de 3 000 ans. Continuer de lire « “The infiltrators are a cancer in our society.” »