Une nouvelle classe ouvrière dans le Guangdong : vers un printemps ouvrier rampant en Chine du Sud ?

En pleine célébration du cinquantième anniversaire de “mai 68”, révolte étudiante et mouvement ouvrier qui ébranla la France comme jamais, l’atmosphère est propice à la réflexion sur le devenir des mobilisations de travailleurs. A ce titre, la situation que connaît la Chine depuis le début du siècle ne peut que nous interpeller : les mouvements sociaux réclamant le droit à la justice dans le monde du travail y sont en forte hausse. Pour la première fois dans la longue histoire de la contestation sociale chinoise, ils prennent massivement la forme de grèves, d’arrêts d’activité ou encore d’occupation des lieux de travail. Cette multiplication des mobilisations sociales est particulièrement visible dans le Guangdong où la crise financière de 2008 a servi d’accélérateur de l’Histoire. Première province exportatrice de Chine, située sur la côte sud-est du pays, le Guangdong est en effet une caisse de résonance pour les mouvements des droits du travail en Chine.

Continuer de lire « Une nouvelle classe ouvrière dans le Guangdong : vers un printemps ouvrier rampant en Chine du Sud ? »

Nelson Mandela, la naissance d’un symbole

La libération de Mandela a constitué un événement à l’échelle planétaire. Breyten Breytenbach, poète, écrivain et romancier sud-africain témoigne dans son texte « Nelson Mandela est libre », de l’ambiance effervescente qui règne alors dans le pays, en février 1990. La rumeur se répand, les réactions sont contrastées, mais chacun semble avoir conscience de la dimension profondément historique et symbolique de ce qu’il est entrain de vivre. Continuer de lire « Nelson Mandela, la naissance d’un symbole »

Vie et mort d’un État, retour sur la disparition pacifique de la Tchécoslovaquie (III)

Classe Internationale a décidé de se pencher sur un épisode pacifique de dissolution étatique, celui de la Tchécoslovaquie. Après être revenu sur les trajectoires historiques des peuples Tchèques et Slovaques et avoir présenté les inégalités politiques et économiques de l’état commun, ce troisième article revient sur les années qui suivirent la chute du Parti communiste tchécoslovaque. Le pays était-il doté des moyens suffisants pour faire face aux défis de la transition politique et économique?

Continuer de lire « Vie et mort d’un État, retour sur la disparition pacifique de la Tchécoslovaquie (III) »

Le Chili trois ans après le mouvement étudiant de 2011 (1/2) : action collective et alternance politique.

Le 9 mai 2014, moins de deux mois après que Michelle Bachelet soit entrée en fonction, entre 40 000 et 100 000 Chiliens manifestaient pour réclamer une réforme du système éducatif. Depuis 2011, des centaines de manifestations et des grèves générales ont été organisées au Chili. Michelle Bachelet a retrouvé le chemin de la Moneda[1] en surfant sur la vague de mécontentement à l’égard de Sebastián Piñera (président de droite, 2010-2014) et en promettant une réforme éducative d’envergure. La défiance des étudiants envers Bachelet est connue et date de 2006 lorsqu’elle s’est opposée aux lycéens réclamant une réforme de l’éducation[2]. Mais la facilité avec laquelle la CONFECH[3] arrive encore à mobiliser en masse prouve que les partisans d’une réforme de l’éducation ne vont pas se contenter des promesses d’un gouvernement, même de gauche. La présidente de la Fech, Melissa Sepúlveda, s’est déclarée satisfaite de la mobilisation du 9 mai ; selon elle « cela montre que le problème de l’éducation est toujours présent ». Elle ajoute : « il y a des incertitudes sur ce qu’il va se passer avec le modèle éducatif chilien, c’est ce qui nous incite à sortir dans la rue » [4].

Continuer de lire « Le Chili trois ans après le mouvement étudiant de 2011 (1/2) : action collective et alternance politique. »