Cartographier la politique étrangère américaine avec Henry Kissinger

« Les morts gouvernent les vivants » écrit Auguste Comte, et Henry Kissinger se charge à juste titre de nous le rappeler. A l’heure du crépuscule du système international uni-multipolaire (1) , un retour historique sur la politique étrangère américaine s’impose, non pas pour en tirer mécaniquement les évolutions futures, mais pour comprendre les racines intellectuelles des choix passés, pour mieux circonscrire les ré-interprétations futures de l’exceptionnalisme américain, déjà enclenchées par Donald Trump. Bien qu’imprévisible dans ses choix, d’un isolationnisme de campagne à un interventionnisme unilatéral (en Iran, au Venezuela), parfois même une synthèse des deux (guerre commerciale avec la Chine) le Président américain s’en tient à ce qu’il peut tirer du corpus culturel américain : n’est pensé, puis mis en œuvre, que ce qui est pensable. Continuer de lire « Cartographier la politique étrangère américaine avec Henry Kissinger »

La Chine et la question nord-coréenne

« Sans lèvres les dents ont froid », cette expression a longtemps permis de décrire les liens fraternels unissant la Chine et la Corée du Nord. Un froid s’est malgré tout infiltré dans les relations entre les deux « pays frères », notamment depuis l’adoption de sanctions au Conseil de Sécurité de l’ONU. Voici quelques éléments de réponse pour comprendre les enjeux liés à la problématique nord-coréenne. Continuer de lire La Chine et la question nord-coréenne

L’Union européenne sur la scène internationale, une puissance normative ?

«Cet accord [COP21] est une victoire majeure pour l’Europe. Mais plus important encore, c’est une victoire majeure pour la communauté internationale», s’est félicité Miguel Arias Cañete, le représentant de l’Union européenne à la COP21. La capacité de l’UE à influencer la prise de décision à l’échelle internationale sur le terrain environnemental corrobore l’idée d’une « puissance normative européenne » développée par Laiki Laïdi (1). Continuer de lire « L’Union européenne sur la scène internationale, une puissance normative ? »