L’Italie plongée dans l’incertitude

Les Italiens étaient appelés aux urnes ce dimanche 4 mars pour les élections législatives. L’enjeu : former rien moins que le 65ème gouvernement depuis 1946, le régime italien étant assez instable par rapport à ses voisins allemands, français ou même britanniques. Les estimations de résultats ne permettent pas pour l’instant de dégager une majorité claire pour le Parlement italien. Cette situation plonge le pays dans une incertitude politique.

Continuer de lire « L’Italie plongée dans l’incertitude »

Publicités

La situation économique et financière de l’Italie

L’Italie est la huitième puissance mondiale selon le classement du FMI par PIB en 2016. Elle est aussi la quatrième de l’Union Européenne, sur le point de devenir la troisième avec le Brexit. Dans cette perspective, elle a pour ambition de devenir une puissance directrice encore plus importante au sein de l’Union Européenne, en se positionnant comme véritable leader dans le processus décisionnel de cette entité politique aux fondements économique.

Continuer de lire « La situation économique et financière de l’Italie »

Matteo Renzi : quel bilan pour le « rottamatore » ?

Le 14 février dernier, Matteo Renzi a fêté le deuxième anniversaire de son arrivée au pouvoir. En seulement deux ans, celui qui avait promis de lancer une réforme par mois a déjà révolutionné l’Italie. Avec la réforme de la Constitution, le projet de réduction des pouvoirs du Sénat, la réforme de la loi électorale, la réforme territoriale, la loi sur le mariage pour les couples homosexuels ou encore la réforme du droit du travail, Matteo Renzi a mérité son surnom de « rottamatore », le «démolisseur» de la vieille classe politique italienne et de ses institutions parfois obsolètes. Et alors que les mêmes réformes ont été faites en France, Matteo Renzi ne semble pas souffrir de la même impopularité que le gouvernement français. Mais qui est réellement Matteo Renzi et peut-on véritablement dire que sa politique est un succès ? Continuer de lire « Matteo Renzi : quel bilan pour le « rottamatore » ? »