Provoquez, il en restera toujours quelque chose

Dernière provocation en date de la part de l’un de nos amis britanniques : les déclarations d’Andy Street, le très influent PDG de la chaîne de magasins John Lewis, qui a qualifié (entre autres) lors de son passage à Paris la France de « sclérosée » et « finie ». De quoi faire parler de lui et relancer les anciennes velléités entre les frog eaters et la perfide Albion. Si ces propos sont clairement destinés à irriter le voisin français – lequel, d’ailleurs, monte immédiatement au créneau pour défendre son « honneur » -, ils sont également révélateurs de l’importance qu’accordent toujours les Britanniques à la France. Que cela passe par des moqueries faciles, basses et finalement sans grande incidence réelle, ne nous empêchera pas de continuer à considérer les Britanniques comme nos alliés et amis.

http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203829688746-pour-le-patron-de-john-lewis-a-londres-la-france-est-finie-1049700.php

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

Comprendre la crise dans l’Est de la République démocratique du Congo

Comprendre la crise dans l’Est de la République démocratique du Congo

Indépendance du Québec : où en sommes-nous après les échecs référendaires ?

Indépendance du Québec : où en sommes-nous après les échecs référendaires ?

Les pays neutres dans la construction européenne

Les pays neutres dans la construction européenne

Tour d’horizon de la situation au détroit de Malacca au prisme de l’accélération du projet des Nouvelles Routes de la Soie

Tour d’horizon de la situation au détroit de Malacca au prisme de l’accélération du projet des Nouvelles Routes de la Soie

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *