Provoquez, il en restera toujours quelque chose

Dernière provocation en date de la part de l’un de nos amis britanniques : les déclarations d’Andy Street, le très influent PDG de la chaîne de magasins John Lewis, qui a qualifié (entre autres) lors de son passage à Paris la France de « sclérosée » et « finie ». De quoi faire parler de lui et relancer les anciennes velléités entre les frog eaters et la perfide Albion. Si ces propos sont clairement destinés à irriter le voisin français – lequel, d’ailleurs, monte immédiatement au créneau pour défendre son « honneur » -, ils sont également révélateurs de l’importance qu’accordent toujours les Britanniques à la France. Que cela passe par des moqueries faciles, basses et finalement sans grande incidence réelle, ne nous empêchera pas de continuer à considérer les Britanniques comme nos alliés et amis.

http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203829688746-pour-le-patron-de-john-lewis-a-londres-la-france-est-finie-1049700.php

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

A global democratic recess: legally undermining democracy

A global democratic recess: legally undermining democracy

Le système des médias en Europe post-communiste :   Étude comparée des systèmes médiatiques russe, ukrainien, géorgien, arménien et azerbaïdjanais

Le système des médias en Europe post-communiste : Étude comparée des systèmes médiatiques russe, ukrainien, géorgien, arménien et azerbaïdjanais

Crises au Sahel : le prisme malien

Crises au Sahel : le prisme malien

La « guerre hybride » (2/4) : définition du concept

La « guerre hybride » (2/4) : définition du concept

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *