Musiques colombiennes : de Joe Arroyo à Bomba Estéreo.

artist_img_chocquibtown1_lg

La musique est l’une des plus grandes richesses de la Colombie et constitue une référence dans tout le continent voire au-delà. La qualité de la musique colombienne tient essentiellement à sa diversité, reflet de sa population bigarrée. Les influences espagnoles, caribéennes, andines et africaines font écho aux populations qui se sont installées à des époques et dans des endroits différents du pays. Les musiques diffèrent donc selon qu’elles viennent des côtes de l’Atlantique ou des Caraïbes, des Andes ou encore des plaines de l’Est, les « llanos ». Caractérisées par ses rythmes « chauds », les musiques colombiennes invitent autant à danser qu’à écouter. La cumbia est un style musical qui incarne cette diversité, c’est un genre et une danse aux origines africaines mélangé aux instruments andins, llaneros et amazoniens (flûte, maracas, guacharaca…) qui se chante en espagnol avec des adaptations locales. On ne peut être exhaustif devant la grande  variété de genres musicaux : le vallenato ou le mapalé des Caraïbes, le currulao du Pacifique, le merengue

 Joe Arroyo : “el Centurión de la noche”.

Joe Arroyo (1955-2011) est un chanteur et musicien colombien de cumbia et de salsa, né à Carthagène. Inscrit au panthéon de la musique latino-américaine, celui que l’on surnomme le « Centurion de la nuit » est très populaire en Colombie. Ses chansons parlent de l’histoire colombienne, de l’esclavage (La Rebelión), de son amour pour les femmes (Mary, Tania) ou pour la ville de Baranquilla (En Baranquilla Me Quedo), de la violence lorsqu’il s’agit de défendre son honneur (Bam Bam Bam) ou encore de la vie de nuit (Centurión de la Noche, La Noche).

La rebelión – Joe Arroyo.

« En los años mil seiscientos / cuando el tirano mandó / Las calles de Cartagena / aquella historia vivió. Cuando aquí llegaban esos negreros / Africanos en cadenas besaban mi tierra / Esclavitud perpetua  « 

La noche – Joe Arroyo

Chanteurs, guitaristes, pinanistes, saxophonistes, percussionnistes, la Colombie est un pays de musiciens, aujourd’hui encore la scène musicale colombienne fait preuve d’une créativité et d’une attractivité rare. 

ChocQuibTown hip-hop made in Colombia.

ChocQuibTown (Chocó Quidbó Nuestro Pueblo) est le groupe référence du hip hop colombien. Formé en 2000 par des natifs de Quidbó, capitale du département de Chocó, dans l’Est de la Colombie, le groupe emprunte à une variété de styles musicaux : cumbia, afrobeat, funk, rap et hip-hop. Marqué par son identité afro-colombienne, une culture propre aux communautés noires des côtes pacifique et caraïbe, les chansons parlent de leur terre, de ses ressources pillées (Oro), de la vie de ses habitants et de leur fort sentiment d’appartenance à une communauté (De Donde Vengo Yo, Somos Pacifico).

De Donde Vengo Yo – ChocQuibTown

Oro – ChocQuibTown

Quantic y su Combo Bárbaro.

Quantic, de son vrai nom Will Holland, est un musicien anglais qui participe aujourd’hui au rayonnement mondial de la musique colombienne. Installé en Colombie en 2007, il y a rencontré les rares légendes encore vivantes de la musique colombienne des années 1960 et 1970 et compilé des morceaux dans un album The Original Sound of Cumbia.

Anibal Velsáquez y su Conjunto – San Jacinto

Quantic mène de nombreuses collaborations, dont le projet « Ondatropica » qu’il coproduit avec Mario Galeano leader du groupe Frente Cumbiero. Avec le Combo Bárbaro, un groupe d’une dizaine de musiciens, Quantic connaît un succès croissant.

Quantic y su Combo Bárbaro – Canoa Rancha, live Paris.

Sa musique mélange l’électro et la funk de ses premiers albums, des rythmes soul par exemple en collaboration avec Alice Russell, et les musiques latino-américaines : de la cumbia colombienne au forró brésilien.

Cumbia sobre el Mar – Quantic & Flowering Inferno. 

Bomba Estéreo : « bombe electropicale ».

Bomba Estéreo est un groupe de 4 jeune de Baranquilla formé en 2005 qui incarne lui aussi la diversité et le dynamisme de la musique colombienne en mélangeant électro, rap, cumbia, reggae et d’autres genres musicaux latinos. Pour en savoir plus, lire l’analyse de leur dernier album Elegancia Tropical « la bombe electropicale » sur Le Monde. 

Fuego – Bomba Estéreo en 2009.

El Alma y el Cuerpo- Bomba Estéreo en 2013.

Nicolas SAUVAIN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s