La Canadienne Michaëlle Jean à la tête d’une Francophonie vue comme une « petite ONU »

La Canadienne Michaëlle Jean à la tête d’une Francophonie vue comme une « petite ONU »

C’est après un huis clos réunissant le français François Hollande, le canadien Stephen Harper et les dirigeants congolais et ivoiriens, Denis Sassou-Nguesso et Alassane Ouattara, que le nom de la nouvelle secrétaire de la Francophonie a été annoncé. Michaëlle Jean, canadienne d’origine haïtienne devient donc la première femme à obtenir ce poste. Quels sont les principaux défis de Michaëlle Jean, nouvelle secrétaire générale de la Francophonie ?

De nombreux objectifs l’attendent, notamment la promotion de la langue française dans le respect des langues locales, la prévention des risques et le règlement des conflits, notamment la lutte contre le terrorisme. Ces missions doivent être réalisées dans un contexte de réduction du budget de l’organisation, qui ne devrait pas dépasser 80 millions d’euros par an.

Cette élection est un « phare d’espérance » car la nouvelle secrétaire générale a tout de suite mis l’accent sur les grandes valeurs que sont la démocratie et le respect des droits de l’Homme lors de son premier discours.

Article disponible sur le lien suivant :

http://www.lemonde.fr/international/article/2014/12/01/michaelle-jean-a-la-tete-d-une-francophonie-vue-comme-un-petit-onu_4531794_3210.html#

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

LES BALKANS OCCIDENTAUX – CRIMINALITÉ ORGANISÉE, CORRUPTION ET (DÉS)INTÉGRATION EUROPÉENNE

LES BALKANS OCCIDENTAUX – CRIMINALITÉ ORGANISÉE, CORRUPTION ET (DÉS)INTÉGRATION EUROPÉENNE

Le changement de gouvernement en Australie : tournant majeur ou illusion chimérique ?

Le changement de gouvernement en Australie : tournant majeur ou illusion chimérique ?

La construction européenne est-elle démocratique ?

La construction européenne est-elle démocratique ?

Réinterroger le concept et la rhétorique de l’État défaillant en Afrique : Représentations, interventionnisme et sociologie de la déviance

Réinterroger le concept et la rhétorique de l’État défaillant en Afrique : Représentations, interventionnisme et sociologie de la déviance

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *