Antoine Agoudjian : photographe de la mémoire arménienne.

Antoine Agoudjian : photographe de la mémoire arménienne.

Photographe français d’origine arménienne, Antoine Agoudjian publie à l’occasion des commémorations du centenaire du génocide arménien un ouvrage intitulé « Le cri du silence. Traces d’une mémoire arménienne » aux éditions Flammarion.

Crédits photo : Antoine Agoudjian ©

Antoine Agoudjian commence sa carrière de photographe en 1988 lors d’un voyage en Arménie soviétique dévastée par le tremblement de terre de Spitak. En 1999 il entame un long projet sur l’histoire des Arméniens du Moyen-Orient qui l’emmène en Arménie, à Jérusalem, au Liban, en Irak, en Syrie et en France.

Son œuvre se concentre sur le thème de la mémoire, ses photographies en noir et blanc expriment avec intensité et gravité la dureté de l’histoire arménienne.

Antoine-Agoudjian-15
« Rêves fragiles », Arménie, 2004. Crédits photo : Antoine Agoudjian ©

Antoine Agoudjian se livre dans un excellent entretien accordé au site repairfuture, plate-forme arméno-turque. Il nous parle de son parcours personnel, de son dernier livre et notamment d’une thématique au cœur de son travail : la recherche identitaire.

Pour en savoir plus, consultez le site du photographe Antoine Agoudjian.

Classe Internationale.

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

La loi du zek : plongée dans l’univers carcéral russe

La loi du zek : plongée dans l’univers carcéral russe

Le viol de guerre : une arme invisible aux conséquences dévastatrices.

Le viol de guerre : une arme invisible aux conséquences dévastatrices.

Le Liban, un an après

Le Liban, un an après

La « guerre hybride » (3/4) : la seconde guerre du Liban (2006), le parfait exemple d’un « conflit hybride » ?

La « guerre hybride » (3/4) : la seconde guerre du Liban (2006), le parfait exemple d’un « conflit hybride » ?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *