Mille et une commémorations.

Pour le centenaire du génocide, on assiste à une floraison d’articles sur le sujet, des parlements et des gouvernements du monde entier ont rendu hommage au peuple arménien, certains employant pour la première fois le terme de génocide comme le pape François, le parlement autrichien ou encore le président allemand.

Au-delà des commémorations traditionnelles comme les messes dans des églises arméniennes ou des manifestations contre le négationnisme de l’État turc, des initiatives originales ont été prises pour célébrer ce centenaire.

Projet « 100 vies », raconter la grande histoire par des petites.

100 lives
Capture d’écran du site « 100 lifes »

Le projet « 100 vies » a été initié par l’universitaire arméno-américain Vartan Gregorian, par l’homme d’affaire russe Ruben Vardanyan et par l’homme d’affaire américain Noubar Afeyan, le projet est soutenu par l’Union Générale Arménienne de Bienfaisance (UGAB), le Musée Institut du Génocide Arménien (AGMI) et par les Archives nationales d’Arménie.

Ce projet rend hommage aux victimes, aux rescapés du génocide, à leurs descendants et à ceux qui ont aidé le peuple arménien à survivre en racontant leurs histoires.

De nombreuses personnalités ont participé au projet comme le photographe français Antoine Agoudjian, le peintre Claude Armen Mutafian ou encore le chef d’orchestre Vartan Melkonian.

On peut y lire l’histoire des Kechichian en Uruguay à travers le récit de Liliám, femme politique, ancienne députée et ministre de ce petit pays d’Amérique latine qui fut le premier au monde a reconnaître publiquement le génocide arménien en 1965.

« 100 vies » parle aussi et surtout des « Justes », ces hommes et femmes qui ont sauvé au péril de leur vie des Arméniens comme Karen Jeppe une jeune danoise qui avec l’aide d’un bédouin arabe protégèrent une trentaine de familles arméniennes.

La plate-forme fait la liste des « 24 façons originales de commémorer le centenaire du génocide » : gravir l’Everest, parcourir à pied ou à moto une certaine distance, faire un sitting silencieux, une veillée aux chandelles ou un flash-mob dansant, dessiner une fresque géante, écrire une chanson ou encore installer des photos dans un espace public.

Projet « 100 ans 100 images », l’hommage par l’image.

100images
Capture d’écran du site « 100years 100images »

« Le désir d’expression artistique que véhicule une image a été l’élément déclencheur pour Martín Vaneskeheian (Buenos Aires) dans sa décision de créer ce site. Pendant les cent jours précédents le 24 avril 2015 ont été partagé 100 images du monde entier. Martín explique que, bien que certains ne sont que de simples esquisses, d’autres sont des dessins et des peintures et que le critère de sélection est complètement subjectif ». [Article tiré de Generación n°28, magazine de la jeunesse arménienne de Buenos Aires, financé par l’UGAB, traduit par Classe Internationale].

Projet « 100 ans, 100 faits » pour mieux connaître l’Arménie.

100ans100faits
Capture d’écran du site « 100 years 100 facts »

Ce projet vise à partager l’histoire arménienne sous la forme de « le saviez-vous ? » en égrenant des faits souvent méconnus du passé et du présent de l’Arménie. De manière ludique, le site nous apprend que le nom d’Arménie comme lieux mentionné est l’un des plus anciens de l’histoire, que la place Taksim à Istanbul était un cimetière arménien, que la langue turque doit beaucoup de mots à la langue arménienne ou encore que les premiers cafés en Europe ont été ouvert par des Arméniens.

System of a Down : un groupe d’anthologie pour un rendez-vous historique.

Les Arméniens ont donné beaucoup à la musique, des illustres chef d’orchestre, musiciens classiques, des choeurs, un monument à la musique française (Charles Aznavour) ou encore Cher à la musique pop.

Mais le groupe de musique qui a marqué les célébrations du centenaire est sans conteste System of a Down (SOAD), le groupe de métal américain composé de Serj Tankian, Daron Malakian, Shavo Odadjian et John Dolmayan. Le 23 avril SOAD a donné 2h30 de concert, chanté 37 chansons au cœur de la capitale arménienne sur la place de la République noire de monde, ce fut le point final de leur tournée mondiale « Wake up the souls » et certainement le plus grand moment de leur carrière.

Classe Internationale

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s