11 mois après la démonétisation en Inde : quel bilan ?

En novembre 2016, le Premier ministre indien, Narendra Modi, annonçait son plan de démonétisation : tous les billets de 500 et 1000 roupies allaient être immédiatement retirés de la circulation. Les Indiens allaient recevoir des nouveaux billets en espèces ou seraient crédités sur leurs comptes bancaires après avoir déposé les anciens en banque. Les nouveaux billets étaient différentiables des anciens par leur apparence, leur taille et leur couleur. L’objectif de cette mesure phare du premier ministre était de lutter contre la corruption et l’argent sale, qui sert au financement des activités illégales, notamment du terrorisme.

Pour aller plus loin, lire notre article : Lutte contre la corruption en Inde : les billets ne valent plus une roupie 

Le gouvernement met en avant les bénéfices de la démonétisation : réalisation des promesses de campagne, économie dématérialisée, lutte contre l’inflation

Quelques heures seulement après l’annonce du plan de démonétisation, 35 % des billets de 500 et 1000 roupies avaient été déposés en banque. Trois semaines plus tard, ce chiffre s’élevait à 55 %. Selon le dernier document publié par la Banque centrale indienne, la Reserve Bank of India, le 30 août 2017, le chiffre final atteignait 99 %. Le ministre des Finances indien, Arun Jaitley, a félicité la mesure du Premier ministre en disant : « Il est évident qu’après la démonétisation, l’assiette fiscale a déjà commencé à augmenter. En effet, les déclarations de revenus des particuliers ont augmenté de plus de 25 % ». Il soutient ainsi que l’interdiction des billets de 500 et 1000 roupies a eu un impact positif sur les objectifs de formalisation de l’économie indienne, qui reste à ce jour encore très informelle. Il s’agit selon lui d’une victoire « contre la corruption, l’argent sale, les faux billets et le terrorisme ».

Selon certains médias, la population semble avoir bien accueilli la mesure de Narendra Modi, qui aurait été considérée comme la réalisation de ses promesses de campagne de lutte contre les inégalités et la corruption. Ce point de vue est, selon eux, justifiable par la victoire du BJP (le parti Bharatiya Janata, de Narendra Modi) aux élections régionales de mars 2017. Le BJP a, par exemple, remporté 312 des 403 sièges à la chambre basse de l’Uttar Pradesh, état le plus peuplé de l’Inde et souvent considéré comme le baromètre de la popularité du gouvernement [1].

Uttar_Pradesh_in_India.svg

Source : Common Wikimedia 

La démonétisation a contribué au développement d’une société sans numéraire en Inde. Fin novembre 2016, Narendra Modi expliquait qu’il s’agissait-là d’une « occasion de réaliser le rêve de l’Inde de se transformer en une économie dématérialisée ». La démonétisation a permis d’amplifier le phénomène des paiements électroniques, de manière plus ou moins forcée puisque la population a été obligée de payer ses biens de consommation par voie électronique pour faire face à la pénurie de devises.

La suppression de ces billets de banque aurait pu aider à diminuer l’inflation, puisque l’excès de liquidités dans le pays l’alimentait. La Banque centrale indienne estime que l’inflation devrait atteindre entre 2 et 3,5 % au premier semestre de l’exercice fiscale 2017/18 (d’avril à septembre 2017) et entre 3,5 et 4,5 % au second semestre de l’exercice (d’octobre 2017 à mars 2018). Cependant, le FMI estimait en avril [2] que l’inflation atteindrait 4,8 % en 2017, après 4,9 % en 2016, soit une très faible amélioration. En outre, le fonds a estimé que l’inflation devrait à nouveau augmenter en 2018 pour s’élever à 5,1 %. L’un des éléments expliquant la faible réduction de l’inflation en dépit de la démonétisation est la mise en place d’une TVA au niveau national, la Goods and Services Tax, qui a augmenté les prix dans le pays dès son application effective.

Quelle réalité ?

inde

MANJUNATH KIRAN/AFP –  Des habitants de Bangalore, dans le sud de l’Inde, font la queue devant une banque afin d’échanger leurs devises, sous une affiche du premier ministre Narendra Modi

La démonétisation a créé une pénurie de liquidités, et la population a dû faire face à de longues files à l’extérieur des banques dans l’attente des nouveaux billets. L’Inde compte plus de 600 000 villages, et la plupart n’ont pas de banque. Dans les zones rurales, les habitants devaient parcourir des dizaines de kilomètres pour trouver une banque, ce qui a coûté « de l’argent et du temps qu’ils n’ont pas ».

Lutte contre la corruption en trompe l’œil ?

Selon certains médias indiens, la démonétisation a permis de blanchir l’argent sale sous l’approbation du gouvernement. Le fait que 99 % des billets aient été remis aux banques signifie que cette opération a finalement lavé la quasi-totalité de l’argent sale du marché indien. Or, le gouvernement avait annoncé que l’ambition du plan de démonétisation était la disparition de cet argent, et non son changement en nouveaux billets : au-delà d’une certaine somme de billets déposés en banque, les dépositaires étaient exposés à un redressement fiscal. Le gouvernement Modi pensait donc que les détenteurs de cet argent n’allaient pas vouloir déposer les billets, et que ceux-ci allaient devenir inutilisables. En réalité, d’importants réseaux de blanchiment d’argent se sont développés pour que les Indiens possédant de l’argent sale en grande quantité puissent déposer leur monnaie sans s’exposer aux autorités fiscales. Des « courtiers » récupéraient l’argent puis le répartissaient entre différentes personnes, qui pouvaient le déposer en plus petite quantité sans s’exposer à un redressement fiscal. En définitive, certains médias, dont The Indian Express, pensent que la démonétisation était un plan conçu par le gouvernement afin de convertir lui-même l’argent sale en argent propre.

Les effets négatifs de la démonétisation ont pénalisé la croissance du PIB, notamment parce qu’ils ont freiné la consommation des ménages. Celle-ci n’a progressé que de 7,3 % en glissement annuel au premier trimestre de 2017, juste après la démonétisation, contre 11,1 % au dernier trimestre de 2016. L’ancien Premier ministre Dr Singh a déclaré à CNBC que la démonétisation a eu une incidence défavorable sur la croissance économique, en particulier en pénalisant le secteur agricole et le secteur informel, responsables de 40 % du PIB.

 

Lisa Verriere

 

[1] “Why these Indian state elections matter to the whole world”, CNN, 13 mars 2017 ; URL : http://edition.cnn.com/2017/03/11/asia/uttar-pradesh-elections/index.html

Fiche pays Inde, Juin 2017, Coface ; URL : http://www.coface.com/fr/Etudes-economiques-et-risque-pays/Inde

 

[2] World Economic Outlook, IMF, April 2017 ; URL : http://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2017/01/weodata/index.aspx

 

Sources :

 

“The Guardian view on India’s demonetisation: Modi has brought havoc to India”, The Guardian, 17 Novembre 2016 ; URL : https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/nov/17/the-guardian-view-on-indias-demonetisation-modi-has-brought-havoc-to-india

 

Demonetisation: As money flowed back in, how goalposts were shifted”, The Indian Express, 31 Août 2017,

URL : http://indianexpress.com/article/india/demonetisation-rbi-annual-report-arun-jaitley-pm-narendra-modi-as-money-flowed-back-in-how-goalposts-were-shifted-4821566/

 

« Demonetisation deepens digital payments in India: Visa’s TR Ramachandran », Economic Times India, Saikat Das, 15 Septembre 2017 ; URL : http://economictimes.indiatimes.com/industry/banking/finance/banking/demonetisation-deepens-digital-payments-in-india-visas-tr-ramachandran/articleshow/60702774.cms

 

“Demonetisation and GST adversely impacted India’s GDP growth: Manmohan Singh”, Business Today India, 19 Septembre 2017 ; URL : http://www.businesstoday.in/current/economy-politics/demonetisation-and-gst-brought-down-indias-gdp-growth-to-57-per-cent-manmohan-singh/story/260562.html

 

“Arun Jaitley on RBI report: Demonetisation had extremely positive impact” India Today, 30 Août 2017 ; URL : http://indiatoday.intoday.in/story/arun-jaitley-demonetisation-rbi-report/1/1037368.html

 

“La démonétisation des billets de banque fait trébucher l’Inde » Le Monde, 1er Septembre 2017 ; URL : http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/01/la-demonetisation-des-billets-de-banquefait-trebucher-l-inde_5179505_3234.html#oejT2ode54ZELwuK.99

 

“India demonetisation fails to purge black money”, The Financial Times, 31 Août 2017; URL : https://www.ft.com/content/7dbe0e14-8d8a-11e7-a352-e46f43c5825d?mhq5j=e5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s