Le dernier sommet du forum sur la coopération sino-africaine, quelles promesses?

Après le Sommet du Forum on China-Africa Cooperation (FOCAC) de septembre 2018, où en est la politique « d’aides » chinoise en Afrique ? Lors des visites du ministre des affaires étrangères de la république populaire de Chine, Wang Yi, du 12 au 16 janvier 2018, au Rwanda, en Angola, au Gabon puis à Sao Tomé et Principe, celui-ci a exprimé la volonté de son … Continuer de lire Le dernier sommet du forum sur la coopération sino-africaine, quelles promesses?

The Paris Peace Forum – A level playing field for global governance?

On Monday November 12, queuing to pass the security check of the Grande Halle de la Villette was a long row of seemingly ordinary people chatting in their winter coats. Nothing extraordinary, nothing excessive, the frenzy of the day before had gently faded away. Big speeches, heads of state, grand commemorations of World War I, the flashes of journalist cameras had given place to another … Continuer de lire The Paris Peace Forum – A level playing field for global governance?

Le système politique chinois, un nouvel équilibre autoritaire. Jean-Pierre Cabestan

 

Le système politique chinois, publié en 2014, est un ouvrage de science politique écrit par Jean-Pierre Cabestan, sinologue, professeur et directeur du département de science politique de l’université baptiste de Hong-Kong, chercheur associé à l’Asia Centre de Paris et directeur de recherche au CNRS. Ce livre réalise une synthèse sur le système politique chinois et émet plusieurs hypothèses sur son articulation avec la société. La première postule que les transformations économiques et sociales de la Chine ont progressivement corrompu son système politique. La seconde est que le système politique chinois actuel peut être défini selon la catégorie déterminée par Samuel Huntington d’« Etat de parti unique établi » dans lequel le Parti Communiste Chinois (PCC) est parvenu à mettre en place un « nouvel équilibre autoritaire ». A partir de l’analyse de ce nouvel équilibre autoritaire, JP Cabestan formule l’hypothèse d’un « continuum dégradé », c’est-à-dire l’hypothèse d’une continuité entre Etat et Société qui est de plus en plus friable car mouvante et contestée selon différents types de relations entre pouvoir, pouvoir et société, structures et rapports sociaux. Continuer de lire « Le système politique chinois, un nouvel équilibre autoritaire. Jean-Pierre Cabestan »

Élections en Suède. La droite populiste, fleur bleue aux racines néo-nazies

 

    Comme à chaque meeting, ce sont de multiples pancartes « Heja Jimmie » (« Aller Jimmie ») et des drapeaux suédois qui accueillent Jimmie Åkesson, le jeune leader des Démocrates de Suède (Sverigedemokraterna, SD), après leur nouvelle percée aux élections générales [1] du 9 septembre 2018. Le parti populiste anti-immigration a remporté 17,5 % des suffrages. Son ascension fulgurante depuis son entrée au Parlement en 2010 bouleverse le paysage politique du pays et témoigne de l’effritement de la social-démocratie, pilier de la construction de l’Etat social.

    La stratégie d’assainissement des Démocrates de Suède ces dernières années semble porter ses fruits. Le signe le plus visible est sans doute le changement de logo du parti en 2006. L’ancienne torche enflammée a été remplacée par une innocente anémone bleue aux pistils jaunes, les couleurs du drapeau suédois. Ces retouches ont néanmoins une motivation certaine : dissimuler un héritage politique qui puise ses racines dans des mouvements néo-nazis.

Continuer de lire « Élections en Suède. La droite populiste, fleur bleue aux racines néo-nazies »

“If I Die in a Combat Zone”: a personal account of the Vietnam War

Can the foot soldier teach anything important about war, merely for having been there? I think not. He can tell war stories.

        2018 is a year charged with political symbolism. It marks not only the 50th anniversary of May 1968 in France, but also one of the major events of the Vietnam War: the Tet Offensive, a series of North Vietnamese surprise attacks against South Vietnamese and U.S troops. The offensive is identified as the moment that turned U.S public opinion against the war effort, even though the conflict only officially ended in 1975.

It was in this context that American novelist Tim O’Brien was drafted to serve his country in the summer of 1968. His experience as a foot soldier in Vietnam served as a leitmotiv for most of his works, such as “If I Die in a Combat Zone”, first published in 1973. Through the 23 chapters of the book, we take on the author’s journey from a small town in Minnesota until his final days of military service in the Vietnam War. Continuer de lire « “If I Die in a Combat Zone”: a personal account of the Vietnam War »