Génocide des « Rohingyas » au Myanmar : du conflit de classe au conflit ethnique

Le 10 décembre 2019, soit 20 ans jour pour jour après avoir reçu le Prix Nobel de la Paix pour sa lutte contre la junte militaire en Birmanie, Aung San Suu Kyi, Conseillère d’État du Myanmar, a été auditionnée par la Cour Internationale de justice à la Haye pour les actes génocidaires commis dans son pays contre les « Rohingyas » ayant causés la mort de près de 7000 personnes et le déplacement d’1,1 million d’autres, notamment en direction du Bangladesh. La Birmanie, renommée Myanmar par la junte militaire, est un pays-passerelle entre la Chine, le Laos, la Thaïlande, le Bangladesh et l’Inde qui abrite 150 millions de groupes ethnolinguistiques et dont 90% de la population est bouddhiste (1). Continuer de lire « Génocide des « Rohingyas » au Myanmar : du conflit de classe au conflit ethnique »

Une réunification de la Corée est-elle possible ?

Il existe encore aujourd’hui une véritable difficulté à imaginer la réunification entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, encore perçue comme une  «sorte de fatalité vague et lointaine sur laquelle il n’existe aucune prise », d’après l’ancien diplomate à Séoul, M. Pascal Dayez-Burgeon. D’abord soeurs ennemies au sortir de la Seconde Guerre mondiale et désormais cousines perdues à cause des profondes évolutions socio-culturelles qu’ont connues respectivement les deux Corées, pourraient-elles être les instigatrices de leur éventuelle réunification ? Quid du rôle et des intentions des puissants voisins comme la Chine, le Japon, sans oublier les Etats-Unis ? Retour sur les enjeux et dynamiques des relations entre Séoul et Pyongyang. 

Continuer de lire « Une réunification de la Corée est-elle possible ? »

La politique de la carotte et du bâton : Hun Sen, maître du Cambodge ?

Vouloir tenir son pays d’une main de fer lorsque l’on est chef de gouvernement suppose d’être capable de faire preuve de fermeté ou d’ouverture selon les circonstances. Au pouvoir depuis 1985, le Premier ministre du Cambodge Hun Sen l’a bien compris. S’il souhaite se maintenir au pouvoir, il lui faudrait compenser une politique répressive à l’égard de toute voix discordante par une politique proche des aspirations de la population cambodgienne. Comme lorsqu’il s’agit de faire avancer un âne. Le seul emploi du bâton ne suffit pas ; celui de la carotte est également indispensable. Alors que son parti nommé Parti du Peuple Cambodgien (PPC) a remporté l’ensemble des 125 sièges au Parlement lors des élections générales du 29 juillet 2018, le Premier ministre a simultanément affiché sa préoccupation à l’égard de la population. Classe Internationale vous expose aujourd’hui ce cycle « répression-ouverture » comme axe de la politique gouvernementale cambodgienne. Continuer de lire « La politique de la carotte et du bâton : Hun Sen, maître du Cambodge ? »