Tensions entre le Japon et la Corée du Sud : aux origines de la discorde

« 고래 싸움에 새우등 터진다 » ou « Quand les baleines chahutent, les crevettes en ont le dos rompu ». Ce proverbe résume parfaitement l’histoire de la Corée, cette crevette parmi les baleines que sont la Chine, le Japon et la Russie. Ces grandes nations se sont toujours battues pour établir leur influence sur la péninsule coréenne et ainsi rebattre les cartes de la région à leur avantage. Au XXe siècle, c’est le Japon impérial qui réussit à s’imposer après maints efforts en faisant signer aux Coréens un traité mettant en place un protectorat en 1905 puis un traité d’annexion en 1910. C’est le début d’une domination de quarante ans qui prendra fin avec la chute du régime militaire japonais en 1945.

Continuer de lire « Tensions entre le Japon et la Corée du Sud : aux origines de la discorde »

Une réunification de la Corée est-elle possible ?

Il existe encore aujourd’hui une véritable difficulté à imaginer la réunification entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, encore perçue comme une  «sorte de fatalité vague et lointaine sur laquelle il n’existe aucune prise », d’après l’ancien diplomate à Séoul, M. Pascal Dayez-Burgeon. D’abord soeurs ennemies au sortir de la Seconde Guerre mondiale et désormais cousines perdues à cause des profondes évolutions socio-culturelles qu’ont connues respectivement les deux Corées, pourraient-elles être les instigatrices de leur éventuelle réunification ? Quid du rôle et des intentions des puissants voisins comme la Chine, le Japon, sans oublier les Etats-Unis ? Retour sur les enjeux et dynamiques des relations entre Séoul et Pyongyang. 

Continuer de lire « Une réunification de la Corée est-elle possible ? »

Fiche de lecture : Arnaud Leveau, Géopolitique de la Corée du Sud, une puissance paradoxale

Arnaud Leveau, Géopolitique de la Corée du Sud, une puissance paradoxale, Paris, Éditions Argos, 2014, 204 p. ISBN 978-2-36614-012-5

10872126_10201923377765340_466217950_n

Continuer de lire « Fiche de lecture : Arnaud Leveau, Géopolitique de la Corée du Sud, une puissance paradoxale »