Les pays nordiques et la construction européenne : quel bilan en marge des élections ?

À l’approche des élections du Parlement européen ce dimanche 26 mai, les pays nordiques membres de l’Union européenne, à savoir le Danemark, la Suède et la Finlande, se préparent à élire leurs députés. L’occasion de revenir sur les voies empruntées par ces pays jusqu’à leur adhésion, leur engagement au sein de la Communauté européenne ainsi que les grands enjeux que représente l’élection de 2019. Bien que souvent réunis dans une appellation commune, leurs destins européens ont divergé du fait de considérations économiques et géopolitiques. Ainsi la Finlande a été contrainte par ses relations avec l’URSS durant la Guerre froide. Les autres pays nordiques ont eu une attitude globalement hostile face aux transferts de souveraineté dans divers domaines, caractéristique d’un certain paradoxe, à mi-chemin entre foi européiste et réticence à l’égard d’une intégration européenne trop approfondie.

Continuer de lire « Les pays nordiques et la construction européenne : quel bilan en marge des élections ? »

Existe-t-il un espace public européen ?

En 1979, la Communauté économique européenne ouvre la voie à la démocratisation et l’intégration des citoyens dans le processus de construction européenne en faisant du Parlement une institution élue au suffrage universel direct et proportionnel… Pourtant, en 2001, lors du sommet de Laeken, les chefs d’Etat et gouvernement européens déclarent que l’Union européenne souffre d’un « déficit démocratique », et les taux d’abstention aux élections européennes battent des records à chaque nouvelle élection. Comme l’affirme alors Erik O. Eriksen (1), un espace public européen serait-il irréalisable ? Continuer de lire « Existe-t-il un espace public européen ? »

Comment Federica Mogherini existe-t-elle sur la scène internationale ?

 

Le 6 décembre dernier, à la suite de la déclaration du Président américain Donald Trump sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de l’État d’Israël, les réactions des chefs d’États et de gouvernement ont été nombreuses. L’une des premières a été celle de Federica Mogherini, la Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. Cette dernière s’est positionnée contre la capitale unique et pour la solution à deux États avec Jérusalem comme capitale israélienne et palestinienne. Ce n’est pas la première fois que celle qui occupe le poste équivalant à un ministre des affaires étrangères de l’Union réagit aussi rapidement à l’actualité, rappelant à chaque fois la légitimité de l’Union européenne à s’exprimer sur des problématiques extra-européennes. Néanmoins la politique étrangère reste du domaine des high politics, domaine de souveraineté que les États n’ont pas intérêt à se déléguer à l’Union. Continuer de lire « Comment Federica Mogherini existe-t-elle sur la scène internationale ? »

La construction européenne est-elle démocratique ?

Depuis la naissance de l’Union européenne en 1992, les concepts nouveaux ayant vocation à qualifier politiquement la nouvelle entité se sont multipliés : « démocratie diffuse » (Costa, Jabko, Lequesne et Magnette), « espace démocratique plurinational » (Nicolas Levrat), « demoïcratie » (Francis Cheneval et Frank Schimmelfennig)… Cela semble sanctionner ce que les habitants de l’Union européenne expriment depuis quelques années, notamment dans les sondages Eurobaromètre : l’Union européenne favorise la démocratie, mais qualifier l’organisation de démocratique pose problème. Se développent et se multiplient ainsi les discours sur le « déficit démocratique ». Continuer de lire « La construction européenne est-elle démocratique ? »

Alternative pour l’Allemagne, ascension et profil d’un parti populiste de droite

Le 2 mars 2017, une conférence sur le parti populiste de droite, Alternative für Deutschland (Alternative pour l’Allemagne, que nous appellerons ici AfD) s’est tenue à l’Institut Français des Relations Internationales. L’intervenant principal était le Professeur et Docteur Fabian Virchow. Les autres intervenants, Barbara Kunz et Hans Stark, sont tous deux membres du Comité d’Étude des Relations Franco-Allemandes, qui fait partie de l’IFRI. Continuer de lire « Alternative pour l’Allemagne, ascension et profil d’un parti populiste de droite »