Un dimanche d’élections : Union européenne, Belgique, Ukraine et Colombie.

Vague « bleu marine » en France, forte poussée de l’UKIP en Grande-Bretagne, le Parti populaire en tête au Danemark, flamands séparatistes de la N-VA leader en Belgique… A l’exception du Parti de la liberté (PVV) de Geert Vilders en recul aux Pays-Bas, les formations d’extrême-droite et europhobes prospèrent dans les pays européens où elles sont déjà bien installées. En Hongrie le Jobbik est en seconde position derrière les conservateurs eurosceptiques du FideszSi en France, les résultats ont un fort impact sur le paysage politique national, la composition du Parlement européen, elle, ne devrait pas beaucoup évoluer par rapport à la dernière législature. Le PPE (Parti Populaire Européen, droite conservatrice) reste le premier groupe politique européen et le S&D (Socialistes&Démocrates, social-démocrate) le second. Les partis de droite affiliés au PPE l’emportent en Autriche, à Chypre, en Lettonie, en Roumanie, en Pologne, en Slovénie, en Croatie et en Bulgarie. Les partis libéraux affiliés à l’ADLE (l’Alliance des démocrates et libéraux européens) sont en tête en Finlande, aux Pays-Bas et en Estonie. Les sociaux-démocrates sont en tête en Suède, en Lituanie, au Portugal et à Malte. En Irlande, des partis indépendants sont en première position. En République tchèque libéraux, centre-droit et sociaux-démocrates remportent environ 15% chacun, mais l’abstention culmine à près de 80%. Les partis de gouvernement remportent de bons scores en Allemagne (CDU-CSU et SPD) et surtout en Italie où le PD de Matteo Renzi passe largement devant le M5S de Beppe Grillo et le parti berlusconien Forza Italia. En Espagne les partis traditionnels (PSOE et PP) reculent face à des composantes de gauches (Izquierda Plural) et issues du mouvement des Indignés (Podemos). Enfin, la Grèce porte la coalition de gauche radicale Syriza menée par A. Tsipras en tête des suffrages devant la Nouvelle Démocratie du Premier ministre A. Samaras.

Pour plus de détails, les estimations pays par pays sur Le Monde http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/article/2014/05/25/les-premieres-projections-pays-par-pays_4425475_4350146.html

Les « Unes » de la presse européenne sélectionné par Courrier Internationalhttp://www.courrierinternational.com/galerie/2014/05/26/europeennes-un-seisme-a-la-une-de-la-presse

Blog officiel du Parlement européen spécialement dédié aux élections de 2014 : http://electionsnight2014.eu/

    Le Big Bang électoral belge.

Le dimanche 25 mai 2014 était attendu comme le « Big Bang électoral » en Belgique, les Belges ont participé le même jour aux élections régionales, fédérales et européennes. Les scores en progression des séparatistes flamands de la N-VA (Nouvelle Alliance) font craindre une réédition de la crise politique la plus longue de l’histoire belge survenue en 2010-2011. Pendant 541 jours les différents partis politiques belges n’étaient pas parvenus à former un gouvernement de coalition, la N-VA était déjà le premier parti de Belgique et son programme anti-fédéraliste ne lui permettait pas de s’allier aux autres partis pro-fédéralistes. En 2014 le rapport de force reste globalement le même, les familles politiques traditionnelles (sociaux-démocrates, libéraux et chrétiens-démocrates) divisés en partis francophones et néerlandophones maintiennent leurs scores. On note en Flandres la montée de la N-VA qui siphonne les voix du parti d’extrême droite flamand le Vlaams Belang et en Wallonie la dégringolade des écologistes et la progression de la gauche radicale (PTB-Go). Les négociations sont déjà lancées mais Bart De Wever (le leader de la N-VA) n’a pas un discours apaisant, il a déclaré dimanche soir que « Jamais le fossé n’a été aussi grand entre les francophones et les Flamands« …

Plus d’informations sur le site de la chaîne publique belge, la RTBF.  http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_le-score-de-la-n-va-principal-enjeu-du-scrutin-federal?id=8275050

     Elections présidentielles en Ukraine.

Alors que les combats se poursuivent dans le Donbass entre séparatistes pro-russes et l’armée ukrainienne, le milliardaire Petro Porochenko a remporté les élections présidentielles anticipées dès le premier tour avec plus de 54% des voix. Ioulia Timochenko arrive en deuxième position avec seulement 13%, l’égérie de la Révolution orange n’a pas réussi à s’imposer comme une femme au dessus des clivages partisans à l’instar du magnat du chocolat, Porochenko. Contrairement aux déclarations de Moscou, les « fascistes » n’ont pas remporté les élections, Oleh Liachko nationaliste va-t-en-guerre arrive troisième, les candidats des groupuscules d’extrême-droite Praviy Sektor (Dmitro Iaroch) et Svoboda (Oleh Tiakhnibok) ne rassemblent que 1% des voix chacun. Porochenko ne dispose pas d’un appareil partisan fort (son parti Solidarnost est une coquille vide), il dépend d’autres formations politiques comme le parti Oudar de V. Klitschko. Le véritable rapport de force politique interne sera établi lors des prochaines élections législatives anticipées dont la date reste à déterminer.

Article d’analyse des résultats sur Le Monde :  http://www.lemonde.fr/europe/article/2014/05/25/ukraine-petro-porochenko-un-homme-rassurant-par-temps-de-chaos_4425594_3214.html

Article du journal Oukraïnska Pravda sur les faiblesses du nouveau président ukrainien, traduit en français et disponible sur Courrier International :  http://www.courrierinternational.com/article/2014/05/25/porochenko-president-un-jouet-de-l-ancien-pouvoir

   Elections présidentielles en Colombie.

Près de 40% des Colombiens se sont déplacés aux urnes ce dimanche pour le premier tour de l’élection présidentielle. Le président sortant de centre-droit Juan Manuel Santos est devancé par son adversaire de droite : Oscar Ivan Zuluaga, protégé de l’ancien président Alvaro Uribe (2002-2010). Les deux prétendants se disputeront les voix des autres candidats : Marta Lucia Ramirez (candidate du Parti conservateur, droite), de Clara Lopez (du Pôle démocratique, gauche) et de Enrique Peñalosa (de l’Alliance verte, écologiste). Le second tour est prévu pour le 15 juin 2014.

Plus de détails sur Le Monde, analyse des résultats dans un article de Marie Delcas  http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2014/05/26/colombie-le-candidat-zuluaga-arrive-en-tete-du-premier-tour-a-la-presidentielle_4425856_3222.html

    Pendant ce temps là, en Thaïlande…

En Thaïlande la situation est plus que jamais défavorable à des élections, le pays du sourire viens de connaitre son 19e coup d’Etat militaire de son histoire. L’armée a pris le pouvoir suite à la destitution du gouvernement de Yingluck Shinawatra par la justice. Malgré sa volonté d’apparaître comme impartiale en arrêtant la Première ministre ainsi que son opposant le plus farouche Suthep Thaugsuban (chef de file des « Jaunes »), l’Armée semble du côté des « Jaunes ». Le mal nommé parti d’opposition : le Parti démocrate (parti des « Jaunes ») refuse l’idée d’élections qui porteraient inévitablement le Pheu Thai (parti des « Rouges », pro-Shinawatra) qui dispose d’une base électorale populaire (notamment dans les campagnes et le nord) numériquement plus importante que les classes moyennes supérieures et aisés de Bangkok et des habitants du Sud.

Article de Le Monde sur le coup d’Etat le 22 mai.                       http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2014/05/22/thailande-le-chef-de-l-armee-annonce-un-coup-d-etat-en-direct-a-la-television_4423672_3216.html

Pour aller plus loin : Jacques Ivanoff, « La crise thaïlandaise, saison 2 » paru dans Diplomatie magazine n°68 (mai-juin 2014), Etats-Unis isolationnisme ou renouveau stratégique? 

Nicolas SAUVAIN

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s