Bombardements russes à Kafranbel: des Soukhoi-34 contre des caricatures

Bombardements russes à Kafranbel: des Soukhoi-34 contre des caricatures

Kafranbel est un village syrien situé non loin de la frontière turque dans la région d’Idlib, gouvernée par l’opposition, qui s’est fait connaître internationalement grâce à ses caricatures et ses slogans. Depuis plus d’une semaine, Kafranbel est la cible des bombardements russes alors qu’il n’y a aucune présence armée au sein de la cité, seulement une société civile active et créative.

pancarte

En effet, Kafranbel est gérée par ses citoyens depuis les débuts de la révolution syrienne et a réussi à repousser les offensives des deux côtés. Débarrassés du régime et de Daech, les habitants ont choisi de mener leur révolution de façon pacifique et humoristique. A chaque événement majeur, quelques habitants se rassemblent pour une photo derrière la pancarte d’Ahmad Jalal faite pour l’occasion, ou derrière un slogan inspiré par Raed Fares, acteur majeur de la société civile et directeur du bureau médias. Les caricatures et certaines banderoles ont pu être récupérées et exposées en France notamment par l’association SouriaHouria (SyrieLiberté). Les citoyens de Kafranbel organisent aussi des manifestations tous les samedis.

Aujourd’hui, les photos de banderoles continuent à être publiées sur le compte Facebook de la « Kafranbel Syrian Revolution »  mais on y voit surtout des vidéos des bombardements russes qui ont commencé le 1er octobre d’abord sur un site archéologique romain géré par l’Armée Syrienne Libre qui accueillait des réfugiés puis sur des hôpitaux. Les habitants insistent pourtant sur le fait qu’il n’y a pas de soldats à Kafranbel et que Daech est à plus  de 100km.

Mais depuis dix jours, les bombardiers russes, les Sukhoi-34, envahissent le ciel et font toujours plus de dégâts. Le 7 octobre, c’est l’hôpital Orient qui a été visé, et ce vendredi, c’est un camp de déplacés dans la région d’Idlib qui a reçu plus de 40 roquettes chargées de sous-munitions faisant plus de 5 morts et une douzaine de blessés.
Malgré cela, Raed Fares rappelle que les habitants de Kafranbel continueront à participer activement à la révolution avec leurs crayons et leurs banderoles.

12091261_1233913986635165_7825201604638997932_oSolene POYRAZ

ClasseInternationale

Sur un sujet similaire

Crises au Sahel : le prisme malien

Crises au Sahel : le prisme malien

La « guerre hybride » (2/4) : définition du concept

La « guerre hybride » (2/4) : définition du concept

Côte d’Ivoire, les difficultés d’un renouvellement démocratique apaisé

Côte d’Ivoire, les difficultés d’un renouvellement démocratique apaisé

Guinée-Bissau : vers la fin de l’instabilité politique ?

Guinée-Bissau : vers la fin de l’instabilité politique ?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *