Le dernier sommet du forum sur la coopération sino-africaine, quelles promesses?

Après le Sommet du Forum on China-Africa Cooperation (FOCAC) de septembre 2018, où en est la politique « d’aides » chinoise en Afrique ? Lors des visites du ministre des affaires étrangères de la république populaire de Chine, Wang Yi, du 12 au 16 janvier 2018, au Rwanda, en Angola, au Gabon puis à Sao Tomé et Principe, celui-ci a exprimé la volonté de son … Continuer de lire Le dernier sommet du forum sur la coopération sino-africaine, quelles promesses?

Casa Pueblo, une organisation de la base locale qui converse avec le global

A l’intérieur d’une maison rose de style colonial localisée sur le territoire d’une municipalité montagneuse de Porto Rico – Adjuntas – se trouve Casa Pueblo. Cette organisation fut créée en 1980 afin de mener la lutte contre un projet de mine à ciel ouvert qui devait s’installer sur le territoire de cette même municipalité et irrémédiablement dégrader l’environnement local. Mobilisant la population locale via diverses activités culturelles, de sensibilisation, d’évènements et de manifestations, Casa Pueblo obtint une première victoire en 1995 avec la décision du gouvernement portoricain d’interdire tout projet de mine ouverte sur l’île. A la suite de cette victoire, l’organisation profita de la dynamique pour s’affirmer comme un acteur local majeur, variant ses activités et propositions en direction de l’éducation, la culture, la lutte environnementale et la promotion de solutions énergétiques renouvelables, étant toujours animée d’un désir d’innovation améliorant le bien-être communautaire. Ainsi, bien que ses projets solaires soient toujours salués, son cofondateur, Alexis Massol-González explique qu’à « travers du solaire, nous agissons dans la pratique » et que l’innovation « se découvre plus tard ». Refusant l’idée de recevoir toute forme d’aide institutionnelle pour maintenir son indépendance d’idées, Casa Pueblo se définit par son fonctionnement selon un modèle d’autogestion communautaire.

Continuer de lire « Casa Pueblo, une organisation de la base locale qui converse avec le global »

Kofi Annan, l’homme qui a rapproché les Nations Unies et les peuples

Le 18 août 2018, à l’âge de 80 ans, l’ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU) Kofi Annan est décédé. Il fut le septième Secrétaire général de l’organisation promouvant le maintien de la paix et le premier à se démarquer en tant que figure tutélaire. Il est également le premier Secrétaire général originaire d’Afrique sub-saharienne, né au Ghana. En 1997, il entame son … Continuer de lire Kofi Annan, l’homme qui a rapproché les Nations Unies et les peuples

La situation économique et financière de l’Italie

L’Italie est la huitième puissance mondiale selon le classement du FMI par PIB en 2016. Elle est aussi la quatrième de l’Union Européenne, sur le point de devenir la troisième avec le Brexit. Dans cette perspective, elle a pour ambition de devenir une puissance directrice encore plus importante au sein de l’Union Européenne, en se positionnant comme véritable leader dans le processus décisionnel de cette entité politique aux fondements économique.

Continuer de lire « La situation économique et financière de l’Italie »

Cent ans plus tard, portraits de femmes au cœur de la révolution russe

Alexandra Mikhaïlovna Kollontaï

Alexandra Kollontaï (Александра Михайловна Коллонтай) est la première femme à avoir obtenu le titre de ministre et de diplomate dans l’histoire. Elle naît en 1872 à Saint-Pétersbourg dans une famille aristocratique, fille du général Michel Domoutovitch. Adhérente aux idées socialistes dès sa jeunesse, son père la marie de force avec le colonel Kollontaï pour l’écarter des idées révolutionnaires. Loin de la faire rentrer dans le moule prescrit aux jeunes femmes de son milieu, ce mariage forcé ne fait que renforcer ses envies d’indépendance. Elle quitte donc son mari et la Russie pour l’université de Zurich, les femmes n’étant pas autorisées à faire des études supérieures en Russie à cette époque. D’origine carélienne (1), elle a une attirance naturelle pour la culture et la langue finlandaise, et ne se prive pas d’émettre des critiques à l’encontre de la politique tsariste en Finlande. Ces déclarations lui vaudront l’exil alors qu’elle rentre en Russie, surveillée de près par l’Okhrana, le service de la police politique impériale. Continuer de lire « Cent ans plus tard, portraits de femmes au cœur de la révolution russe »