Droits du travail : les bons et mauvais élèves.

CSI

● Article : « Où fait-il bon travailler dans le monde (Ou pas…) », publié sur humanité.fr le 6 juillet 2015.

Sonia Jelaiel journaliste au quotidien L’Humanité fait un résumé des conclusions du rapport annuel de la Confédération Syndicale Internationale (CSI), la plus grande organisation syndicale transnationale. Fondée en 2006, la CSI publie chaque année un état des lieux global des droits du travail, dénonçant les violations aux droits des travailleurs et analysant les détériorations mais aussi les améliorations des conditions de travail. Le dernier rapport en date compile les informations obtenues auprès de 328 organisations syndicales dans 162 pays différents.

Parmi les 10 pays où les travailleurs sont les moins protégés on trouve des pays aux régimes autoritaires (Biélorussie, Chine, Swaziland, Égypte, Arabie Saoudite), des pétromonarchies du Golfe et leurs cohortes d’ouvriers asiatiques sans-droits (Émirats Arabes Unis, Qatar), des pays en situation de guerre civile (Colombie, Pakistan) et des pays où l’État de droit est quasi-inexistant, rongés par la criminalité et la corruption (comme le Guatemala).

infographie_0

Sans surprise, les pays les moins protecteurs sont les pays les plus pauvres et les moins démocratiques, notamment au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique subsaharienne. La misère économique et surtout la répression contre toutes les formes de mobilisation collective empêchent la prise en compte effective des revendications des travailleurs.

A l’opposé, l’Europe fait figure de modèle avec notamment les pays scandinaves en tête de peloton en matière de législation protectrice des droits du travail. Cependant le rapport souligne le fait que l’Europe est la région du monde qui a connu la plus forte dégradation de sa note. Cette détérioration est d’abord la conséquence des crises économiques et surtout des plans d’austérité qui au nom d’une « flexibilisation du marché du travail » réduisent considérablement la couverture sociale et juridique des travailleurs.

CSI 1

Le rapport du CSI nous rappelle que, comme tous les droits, les droits du travail qui ont été conquis un jour doivent être constamment défendus sous peine de disparaître. Rien n’est immuable dans l’histoire des luttes syndicales et le rapport de force ne disparaît jamais totalement.

Nicolas Sauvain

● Consultez le rapport 2015 de la CSI en français ou en anglais.

● Pour en savoir plus sur la CSI, consultez le site officiel de l’organisation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s