George Weah and Liberia – fighting (for) corruption and democracy?

“Football is a simple game. Twenty-two men chase a ball for 90 minutes and at the end…” you become president of Liberia. Yes, the Germans usually win, but this is not what George Weah took from Gary Lineker’s famous quote. The 1990’s football superstar is now Liberia’s second democratically elected head of State (after the wars), an incredibly hard position to hold in one of Africa’s most war-torn countries. His election in 2017 was stamped by the want for a renewed democracy in a country ravaged by civil wars, political coups, poverty and corruption. Continuer de lire « George Weah and Liberia – fighting (for) corruption and democracy? »

Wagner : des mercenaires sans noms ni insignes à la solde du Kremlin

À l’été 2019, alors qu’Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se rencontraient au Fort de Brégançon, nombreux ont été ceux qui ont souligné le revirement russe de la politique étrangère française. Pourtant, quelques mois plus tôt, en janvier 2019, le Ministre français de l’Europe et des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian condamnait fermement les pratiques « antifrançaises » des mercenaires russes en République Centrafricaine. « Ce n’est pas vraiment l’armée [mais] des supplétifs qui agissent sous l’autorité d’un Monsieur qui s’appelle M. Prigozhin… Si M. Prigozhin m’entend au-delà de cette salle, qu’il sache qu’on le connaît bien », menaçait Jean-Yves le Drian dénonçant l’implantation de Wagner sur le continent africain. 

Continuer de lire « Wagner : des mercenaires sans noms ni insignes à la solde du Kremlin »

La gestion de la crise syrienne ou les limites de la prise en charge humanitaire des mouvements de population

2011-2020 : après presque 10 ans de guerre civile en Syrie, où en est on dans la gestion de cette crise humanitaire et la prise en charge des millions de Syriens déplacés au sein du pays ou réfugiés à l’étranger ? Aujourd’hui, ce sont près de douze millions de personnes, soit plus de la moitié de la population syrienne qui a été forcée de quitter son habitation dans un pays en proie à une des guerres les plus meurtrières de son histoire. Que ce soit sur place ou à l’étranger, les acteurs humanitaires n’ont cessé depuis lors de se mobiliser pour permettre à ces personnes de retrouver des conditions de vie dignes. Les mesures de gestion humanitaire dîtes « classiques » prises dans le cadre d’un tel conflit qui s’enracine sont-elles encore suffisantes ?

Continuer de lire « La gestion de la crise syrienne ou les limites de la prise en charge humanitaire des mouvements de population »

Chine : murmures de culture

A l’entrée de l’atelier des frères Gao, au cœur de Pékin, sept Grand Timoniers bien en chair s’apprêtent à tirer sur un Jésus décharné. Plus loin derrière, un Mao avenant aux côtés d’Hitler et Ben Laden – en bonne compagnie donc. Les frères Gao ne peuvent évidemment pas exposer ces œuvres en Chine mais de leur atelier au cœur de la capitale celles-ci sonnent en provocation aux oreilles attentives des autorités du Parti.  On la simplifie souvent au mot censure et en plus les deux riment, mais la culture et plus largement l’art présentent en Chine un rapport complexe à la politique. Difficile de parler politique à travers l’art, mais pas impossible : une culture partielle tente de survivre en parallèle d’une fast-culture à grande échelle créée pour étouffer toute velléité d’opposition, supposée ou fondée. Quid donc de la place de la culture dans une société où l’expression personnelle est étouffée sous des couches de censure multiples ? Continuer de lire « Chine : murmures de culture »

La résistance afghane et l’étranger durant l’invasion soviétique (1979-1989)

L’auteur et spécialiste de l’Afghanistan Michael Barry décrit d’une façon intéressante la capacité de résistance et de résilience de ce pays parfois dénommé Yâghestân, c’est-à-dire le “pays de l’insolence”. Il serait comparable à une motte de terre sèche dont une puissance voudrait se saisir (puissance qui fut successivement l’empire perse, moghol, britannique et enfin soviétique). Alors que cette motte de terre semble relativement bien constituée, il suffit que ladite puissance ne l’enserre un peu trop fermement dans sa main pour qu’elle s’effrite entièrement et lui glisse entre les doigts. Continuer de lire « La résistance afghane et l’étranger durant l’invasion soviétique (1979-1989) »