Classe Internationale

Votre revue d'analyse internationale

Le concept de « génocide culturel » et la réécriture du passé: L’exemple de la destruction du cimetière arménien de Djoulfa

En mars 2019, le journal britannique The Guardian publiait l’article « Monumental loss: Azerbaijan and the worst cultural genocide of the 21st century ». Celui-ci fait référence à la destruction du plus grand cimetière arménien, dans la région de Djoulfa, actuellement dans l’enclave du Nakhitchevan appartenant à l’Azerbaïdjan. Ce cimetière revêtait une importance culturelle particulière pour l’Arménie historique, puisqu’il abritait plus de 10 000 khachkars (խաչքար en arménien, qui sont des pierres sculptées en croix), sculptures spécifiques à l’art arménien dont la plus ancienne de la collection datait du VIe siècle. L’enclave du Nakhitchevan a en effet été peuplée par des arméniens depuis au moins le VIe siècle avant notre ère, à l’époque rattachée au royaume Ourartéenne, puis au Royaume d’Arménie. En témoignent notamment les écrits laissés par les historiens tels que Plutarque, Starbon, ou d’autres.

Exportations d’armes : quelle position pour la France ?

Aujourd’hui, Classe Internationale vous propose un article ayant pour objet l’exportation des armes et plus particulièrement la position de la France au sein de ce commerce mondial. Cet article centré sur la France entre dans le cadre d’une conférence que Classe Internationale souhaitait vous proposer au début du mois de juin mais qui n’a pas pu être organisée en raison de la crise sanitaire.

Ainsi, en collaboration avec l’association Stop Fuelling War, nous nous sommes entretenus avec les spécialistes initialement contactés pour intervenir lors de notre conférence. Nous proposons cet article spécial sous forme de « foire aux questions » afin d’aborder ce sujet de manière originale et de donner des clés de réflexion à nos lecteurs. Vous retrouverez au fil de ces lignes la position de Guillaume Farde et Romain de Calbiac, deux universitaires auteurs de Le continuum de sécurité nationale publié aux Éditions Hermann le 24 juin 2020, d’Holly Spencer, coordinatrice de projet au sein de l’ONG Stop Fuelling War – Cessez d’alimenter la guerre – et enfin de Benoît Muracciole, président de l’ONG Action Sécurité Éthique Républicaines (ASER). Les industries de l’armement et de la défense contactées n’ayant pas donné suite à nos différentes sollicitations, vous ne trouverez malheureusement pas leur position dans cet article.

Le portugais : bientôt langue officielle des Nations unies ?

Depuis 1955, à l’exception des États-Unis en 1983 et 1984, le Brésil prononce traditionnellement le discours d’ouverture de l’Assemblée générale des Nations unies. Dès lors, verra-t-on un jour le discours du secrétaire général de l’ONU devant cette même Assemblée être aussi prononcé en portugais ? Dans les cercles universitaires, journalistiques ou diplomatiques du monde lusophone, en particulier au Portugal, la question de l’officialisation du portugais comme septième langue de travail de l’ONU reste lancinante. Il faut dire que depuis ses sièges de New York, Genève, Vienne, Nairobi ou depuis ses représentations régionales d’Addis-Abeba, Bangkok, Beyrouth ou Santiago, l’ONU ne pouvait être qu’un modèle de multilinguisme. De fait, interprètes et traducteurs peuplent les couloirs des Nations unies faisant de l’organisation le plus grand employeur de spécialistes en langues du monde. Cette caractéristique universelle pousse l’ONU à célébrer le multilinguisme et la diversité culturelle en dédiant chaque année une journée à chacune de ses six langues de travail.

La « guerre hybride » (1/4) : l’expérience militaire des États-Unis comme condition préalable à l’émergence de la guerre hybride

La fin de la Guerre Froide fut célébrée comme le « retour de la paix », étant donné que la menace d’une guerre régulière de haute intensité semblait disparaître en Europe. Toutefois, de nombreux conflits locaux ont éclaté depuis 1991, et les armées occidentales, alors que présentées comme les « meilleures du Monde », n’ont pas réussi à y apporter les solutions militaires pour favoriser le retour à la paix. Ces échecs, dont le plus notable est celui de l’opération Iraqi Freedom, ont nourri une réflexion dans les états-majors sur les raisons de l’échec d’armées de haute technologie face à des adversaires non étatiques – mais qui pourraient l’être -, moins équipés, mais plus innovants dans leurs tactiques et dans leurs choix d’équipement, dans un souci permanent d’efficacité stratégique. Ainsi émergerait un nouveau type de guerre : la « guerre hybride », où l’acteur régulier serait confronté à un adversaire qui emprunterait simultanément dans les registres de la guerre « régulière » et « irrégulière ». Classe Internationale vous propose une série de quatre articles afin de comprendre le concept de « guerre hybride ».

The Carlos Ghosn Affair and the « hostage justice » (hitojichi shiho)

From his arrest on November 19, 2018, in Tokyo to his incredible escape to Lebanon on December 30, 2019, the Carlos Ghosn case is still an ongoing story. Laid off from his position of CEO / Chairman of Nissan and Mitsubishi Motors after his arrest on allegations of financial misconduct, the Franco-Lebanese-Brazilian businessman, was originally detained for 21 days and then – to keep him in custody beyond the legal maximum –, has been arrested a second time on other charges. This case has shone a light on Japan's long overlooked "hostage justice" system, in which criminal suspects are held for long periods in strict conditions to coerce them into confessing.

Quelle lusophonie pour la CPLP ?

Quelle place tiennent les langues dans la géopolitique mondiale ? À en juger par la multiplication des «clubs linguistiques» il est bien évident que leur rôle dépasse celui d’une langue et d’une histoire partagées vouées à rapprocher les peuples. À l’heure de la mondialisation, développer une production scientifique dans sa langue ou faire rayonner sa littérature est devenu un enjeu de pouvoir, une préoccupation commerciale, d’un mot un instrument d’influence et d’affirmation de sa souveraineté. Pensées comme communautés de valeurs et d’identités communes, les organisations internationales linguistiques sont aussi l’occasion de rappeler la diversité culturelle du monde. En cela, elles revendiquent qu’un monde réellement multipolaire ne pourra advenir sans la prise en compte d’une réalité linguistique plurielle, récusant par là l’imposition de toute langue unique dans l’éducation et la recherche ou encore dans les transactions économiques et les échanges culturels.

previous arrow
next arrow
Slider
Israël-Iran : Un Moyen-Orient sans armes nucléaires, c’est possible ?

Israël-Iran : Un Moyen-Orient sans armes nucléaires, c’est possible ?

Au début du mois de décembre, le chef du programme nucléaire iranien Ali Akbar Salehi, a annoncé avoir produit du Yellowcake, sorte de concentré d’uranium, permettant la fabrication d’uranium enrichi. Ainsi, l’Iran serait en mesure de maîtriser l’ensemble du cycle d’enrichissement, et de développer rapidement ses activités nucléaires. Une démonstration de puissance qui inquiète la communauté internationale, alors que des négociations reprennent à Genève et que l’idée d’une Zone Exempte d’Armes Nucléaires continue d’occuper les esprits.

Lire
Turquie : Le Grand retour vers l’Orient

Turquie : Le Grand retour vers l’Orient

Depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP, le Parti pour la Justice et le Développement, la politique étrangère turque semble avoir pris un virage à 180 degrés. Après avoir été un soutien indéfectible des États-Unis, un partenaire stratégique important pour Israël, et un voisin aimant de l’Union Européenne, la Turquie est devenue aujourd’hui un véritable chef d’orchestre en ce qui concerne les problématiques moyen-orientales et met un point d’honneur à normaliser l’ensemble de ses relations dans la région.

Lire
Irlande : déroute et nationalisme ?

Irlande : déroute et nationalisme ?

Manque de solidarité et de perspicacité. C’est bien ce que révèle la deuxième crise européenne avec, en outre, une belle erreur de diagnostic : l’Irlande n’est pas la Grèce. Pourquoi donc devrait-elle suivre le même régime et risquer de subir un repli nationaliste ?

Lire
Rwanda, justice et verrouillage politique

Rwanda, justice et verrouillage politique

Le 1er octobre, l’ONU rendait public un rapport concernant des événements ayant eu lieu en République Démocratique du Congo entre 1993 et 2003. Massacres de réfugiés hutus par les troupes du FPR, soupçons d’actes génocidaires… Kigali n’a pas tardé à dénoncer un rapport instrumentalisé voire révisionniste. Mise au point.

Lire
Iles Kouriles : l’insoluble guerre de l’Extrême-Orient

Iles Kouriles : l’insoluble guerre de l’Extrême-Orient

L’affaire ne pouvait pas plus mal tomber pour le gouvernement de Naoto Kan. Après une forte agitation diplomatique autour des îles Senkaku (ou Diaoyu en chinois), administrées par Tokyo mais vigoureusement revendiquées par Pékin, voilà que le président russe Dimitri Medvedev s’avise de visiter les Iles Kouriles et de réveiller le vieux contentieux nippo-russe.

Lire
Mumia Abu Jamal – Future Nobel Peace Prize Winner?

Mumia Abu Jamal – Future Nobel Peace Prize Winner?

He is an American dissident calling for increased civil rights for African-Americans, a one time Black Panther activist, a revolutionary radio reporter and referred to as the “voice of the voiceless”. He has been given an honorary citizenship in the city of Paris and is acclaimed by many around the world. Nevertheless, Abu Jamal has been on death row since 1982, and has been claiming his innocence ever since.

Lire
Sahara Occidental : Les clés du dossier

Sahara Occidental : Les clés du dossier

Le Sahara occidental est au centre de l’actualité après le démantèlement d’un camp de contestataires sahraouis et les affrontements meurtriers de Laâyoune. Les négociations continuent d’échouer malgré la présence des Nations Unies qui tentent de concilier les intérêts des trois acteurs principaux : Sahara Occidental, Maroc, et Algérie. Ce qu’il faut savoir.

Lire
Le Rwanda est-il réellement sorti du génocide ?

Le Rwanda est-il réellement sorti du génocide ?

Fin 1994, le Rwanda est à genoux. Le génocide vient de le priver de près de 10% de sa population et de 90% de son élite politique. Seize ans plus tard, le pays jouit d’une réussite économique indéniable. Néanmoins, sur le plan politique, il n’a toujours pas tourné la page la plus sanglante de son histoire.

Lire
UE : une vision institutionnaliste en manque d’horizon

UE : une vision institutionnaliste en manque d’horizon

Rouages économiques grippés, articulation avec le domaine politique loin d’être automatique… La crise a mis en lumière la complexification du processus d’intégration européenne et les limites de la vision institutionnaliste.

Lire